jaee

"Enemy" : Jake Gyllenhaal, doublement excellent

"Enemy" : Jake Gyllenhaal, doublement excellent

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 27 Août 2014

Dans "Enemy", Denis Villeneuve met en scène un prof de fac qui rencontre son double et plonge dans une aventure 100 % dérangeante. L’occasion pour Jake Gyllenhaal d’incarner avec brio deux rôles pour le prix d’un…

Toronto, de nos jours. Adam, un prof de fac engoncé dans ses petites chemises sobres et sa timidité maladive, enseigne la philosophie à ses étudiants et passe toutes ses soirées avec Mary, sa petite amie qui semble un rien lassée par les humeurs moroses de son mec. Un jour, surprise colossale : en regardant un film sur son ordinateur, Adam distingue dans la profondeur de champ un acteur qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau… Obsédé par sa stupéfiante découverte, il mène l’enquête et découvre que le comédien aperçu sur l’ordi répond au patronyme d’Anthony et vit également à Toronto. Il le rencontre et s’aperçoit que l’autre, au physique, est incontestablement son parfait sosie : même taille, même visage, même voix, même tout... Pour le reste, par contre, aucun point commun, puisque Anthony est une sorte de playboy décontracté, soit l’exact opposé du si discret et si mal à l’aise Adam. Les deux hommes, subjugués par leur ressemblance, entament une relation ambiguë dans laquelle ils ne tardent pas à entrainer leur compagne respective, aussi blondes et ravissantes l’une que l’autre (Mélanie Laurent et Sarah Gadon). Pour le meilleur ? Il faut voir…

Jake Gyllenhaal et Mélanie Laurent dans "Enemy".

Plébiscité dans son pays et ailleurs ces dernières années, le cinéaste canadien Denis Villeneuve (Incendies, Prisoners), n’aime rien tant qu’instaurer des atmosphères envoutantes et concocter des films qui radiographient l’identité dans tous ses états. Il le confirme dans Enemy, une libre adaptation d’un roman du Prix Nobel José Saramago (L’autre comme moi) qu’il a tournée quelques mois avant le film à succès Prisoners. Quels liens réels entre l’effacé Adam et le charismatique Anthony ? Quid de l’intégrité psychologique ? Peut-on résister à la tentation de devenir un autre ? Autour de ces imposantes thématiques, le cinéaste, sous le haut patronage d’Hitchcock, Kubrick et Lynch (en toute modestie) entraîne dans une fiction qui mise sur l’ambivalence et la manipulation. A ce petit jeu, Denis Villeneuve fait preuve d’un incontestable talent formel et, surtout, exploite brillamment la double prestation de son acteur très principal : l’excellentissime Jake Gyllenhaal qui s’amuse beaucoup à jouer en face de lui-même. Hélas, si le film intrigue dans sa perturbante première partie, il s’abîme progressivement dans l’exercice de style et ne relève pas les riches promesses de son scénario. Les fans de Jake seront à coup sûr ravis. Les autres, peut-être un peu moins…


Enemy, de Denis Villeneuve, avec Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent, Sarah Gadon… Sortie le 27 août.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus