Don Jon addiction

Cinéma

"Don Jon" : hot, hot, hot !

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 25 Décembre 2013

Dans "Don Jon", Joseph Gordon-Levitt traite du problème de l'addiction sexuelle. Une fiction sulfureuse dans laquelle le réalisateur partage l'écran avec la belle Scarlett Johansson.

Rayon séduction, John Martello n’a aucune raison de se plaindre et d’ailleurs il ne se plaint pas. Avec sa carrure musclée, ses rictus virils et son regard charmeur (entre autres), il emballe chaque week-end les plus belles filles à la ronde, qui ont toutes l’air d’apprécier le genre macho et se retrouvent toutes en pâmoison érotique sous sa couette. Mais malgré sa cote supersonique et ses succès en rafale, John ne semble pas si heureux que cela en ce bas monde sexuel. Le mâle a priori si sûr de lui a beau  "tomber" les filles avec la régularité d’un métronome, il ne peut s’empêcher d’éprouver un pénible sentiment de frustration. Pourquoi cela ? Parce que John préfère aux "vraies" femmes de la vraie vie les actrices X qui s’ébrouent sur ses écrans dans les vidéos pornos. A n’importe quelle heure du jour et de la nuit (quand ses copines dorment), John fonce sur son ordinateur, se dirige sur les sites "dédiés", clique sur les extraits les plus hot (ou spectaculaires, ou glauques) et se masturbe frénétiquement jusqu’à obtenir satisfaction. Sa corbeille encombrée de Kleenex humides témoigne de son obsession. Un jour, révolution, John rencontre une fille encore plus belle et sensuelle que ses conquêtes habituelles. Elle, c’est Barbara, qui ne jure que par le romantisme, la fidélité, et aime le sexe, certes, mais seulement si son partenaire partage ses saines valeurs. John, pour une fois amoureux, va-t-il abandonner ses vilaines habitudes et se métamorphoser pour la beauté blonde ? That is the question.

Attention : événement ! Dans Don Jon, le charismatique Joseph Gordon-Levitt, des deux côtés de la caméra, empoigne un énorme sujet : l’addiction sexuelle, dirige à ses côtés une actrice incontestable : Scarlett Johansson et signe une fiction à vocation sulfureuse qui observe quelques névroses de l’époque et pose son lot de questions pertinentes, en premier lieu la suivante : a t-on encore envie de baiser quand on se shoote les yeux avec du X toute la journée et toute la nuit. Résultat ? Une comédie grinçante qui tire le portrait d’une poignée de personnages détraqués et s’amuse avec l’image de ses deux acteurs principaux, ravis de batifoler dans ce perturbant univers. Si, sur un sujet voisin, Don Jon va beaucoup moins loin que le génial Shame de Steve McQueen (avec Michael Fassbender), il n’en demeure pas moins un spectacle agréablement secouant en cette sainte semaine de Noël.



"Don Jon", de Joseph Gordon-Levitt, avec Joseph Gordon- Levitt, Scarlett Johansson, Julianne Moore… Sortie le 25 décembre.

 

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus