"Deux fils" : dialogue autour du dernier film de Félix Moati "Deux fils" : dialogue autour du dernier film de Félix Moati

Cinéma

"Deux fils" : comment le film de Félix Moati a séduit nos deux journalistes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 13 Février 2019

Pour son premier film, l’acteur et réalisateur Félix Moati a concocté un casting d’enfer : Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Anaïs Demoustier. C’est déjà ça, oui, mais le film en lui-même ? Réactions à chaud de nos deux journalistes.

Erick : pour une fois qu’une affiche de film n’est pas à côté de la plaque ! Je me demandais pourquoi Benoît Poelvoorde était dessiné tout petit entre Vincent Lacoste et le jeune acteur sur celle de Deux fils. Je sais pourquoi maintenant : c’est un père à la dérive que ses deux fistons soutiennent à bout de bras. Et il est formidable dans le film, tu ne trouves pas ?

Tess : Oui, il est très surprenant. Je ne l’attendais pas dans un rôle comme celui-ci, et dans un film comme celui-là, avec autant d’émotion, tant de non-dits entre le père et ses deux fils, et de références au cinéma d’auteur. Question casting, Félix Moati a assuré. Mathieu Capella, qui joue le gamin, est lui aussi incroyable !

Erick : C’est Elsa Pharaon, la directrice de casting qui avait trouvé Rod Paradot, qui l’a déniché. C’est la spécialiste du casting sauvage. J’avais vu son annonce pour le rôle sur FaceBook, et je l’avais envoyée à des fils d’amis. Mais c’est ce petit Matthieu Capella qui décroché le rôle. Et c’est mérité : j’adore quand il regarde son grand frère joué par Vincent Lacoste, et que celui-ci lui dit "Pourquoi tu me regardes comme ça, on dirait que t’es gentil !".

Tess : Moi, ma punchline préférée, c’est quand un ami de la famille balance à Ivan, alias Matthieu Capella, "Ton oncle était très métastasé", ce à quoi il répond "oui, merci beaucoup. C’était quelqu’un de bien…"

Erick : Oui, c’est très drôle. Il y a un ton "Vincent Lacoste", comme il y a un ton "Benoît Poelvoorde". Et Félix Moati fait coïncider les deux de façon judicieuse. Cela apporte à son film, qui traite de sujets dramatiques comme le deuil ou la dépression, une légèreté à l’italienne très agréable.

Tess : D'ailleurs, si les trois héros principaux sont des hommes, les femmes ont cependant un rôle clef, dans le sens où elles déterminent par leur présence, ou leur absence, la personnalité des trois garçons.

Erick : Oui, ce n’est vraiment pas un film "de mecs", comme on en voit beaucoup dans le cinéma français. C’est d’une masculinité complexe, parfois fragile mais aussi dédramatisée, dont il est question dans Deux fils. Gilles Lellouche est aussi parvenu à faire ça dans Le grand bain. Et c’est ce qu’on veut voir désormais au cinéma ! 


© Nord Ouest Films

​​​​​​​Deux Fils de Félix Moati, sortie le 13 février 2019

Erick Grisel et Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires