Des lendemains qui chantent

Cinéma

"Des lendemains qui chantent" : plongée réussie dans les 80's !

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 20 Août 2014

Dans "Des lendemains qui chantent", Nicolas Castro suit à la trace trois personnages irrésistibles qui croisent leur destin pendant deux décennies. Résultat : un film magistral sur l’amour, le temps qui passe et la politique. À voir absolument !

10 mai 1981, Saint-Etienne. Sa grisaille, son club de foot qui emballe la France ("Allez les Verts !") et ses jeunes qui ne rêvent que d’une chose : partir… Léon (Pio Marmaï), un militant politique qui s’imagine un avenir de journaliste, a deux bonnes raisons de se réjouir. Primo, François Mitterrand et la gauche accèdent au pouvoir et promettent de transformer la France de la cave au grenier. Noble mission. Secundo, il rencontre Noémie (Laetitia Casta), une fille ravissante et mystérieuse avec laquelle il vit une passion brûlante pendant quelques jours. Les deux protagonistes et quelques autres - en premier lieu : Olivier (Gaspard Proust), le frère de Léon - ne cesseront plus de se croiser durant les vingt années qui suivent, pour le meilleur et pour le pire. Léon, monté à Paris et engagé dans les journaux de gauche (dont Libération), s’aperçoit que l’univers de la presse comme celui de ladite gauche n’évoluent pas vraiment dans le sens de ses nobles valeurs. Noémie, conseillère à l’Elysée, apprend à devenir une parfaite technocrate, quitte à oublier en chemin ses idéaux. Accessoirement, elle vit en couple avec Olivier, qui, au fil des ans, s’est imposé comme un magnat de la pub. Quand l’héroïne retombe par hasard sur Léon, son cœur balance, évidemment…

Dans Des lendemains qui chantent, son premier film, Nicolas Castro frappe fort et signe une comédie à la fois intime et sociologique qui retrace les destins de personnages émouvants et les dernières décennies agitées de la politique française. La gauche et ses compromissions, la montée du Front National et SOS Racisme, la peopolisation et le règne des "communicants", les dérives de la "gauche caviar", on en passe… Toujours à bonne distance de son imposant sujet, avec un humour ravageur et une mélancolie féroce, le cinéaste met en scène une saga générationnelle qui réjouit, touche et interroge nerveusement le passé récent tout en ne lâchant jamais d’une semelle ses protagonistes ambigus et passionnants. Dans la peau de ces derniers, le trio Laetitia Casta, Pio Marmaï et Gaspard Proust accomplit des miracles, à l’image d’une fiction qui ne rate jamais sa (ses) cible(s). Ne cherchez pas ailleurs le meilleur film de la semaine, voire de la rentrée…

"Des lendemains qui chantent", de Nicolas Castro, avec Laetitia Casta, Pio Marmaï, Gaspard Proust… Sortie le 20 août.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus