‘Come as you are’ : Chloë Grace Moretz dans un camp de rééducation sexuelle ‘Come as you are’ : Chloë Grace Moretz dans un camp de rééducation sexuelle

Cinéma

‘Come as You Are’ : Chloë Grace Moretz dans un camp de rééducation sexuelle par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 17 Juillet 2018

Dans le nouveau long-métrage engagé de Desiree Akhavan, ‘Come as You Are’, Chloë Grace Moretz incarne une ado lesbienne envoyée en "camp de conversion". Un rôle qui donne un nouveau souffle à sa carrière, tout en mettant en lumière des pratiques inhumaines.

1993. Cameron, lycéenne, vit en Pennsylvanie avec sa tante, suite au décès de ses parents. Du jour au lendemain, elle est envoyée à God’s Promise, un camp isolé dans la montagne. La raison ? Elle s’est fait surprendre en pleins ébats amoureux avec Coley, sa meilleure amie. Là-bas, entourée d’autres personnes homosexuelles, la jeune fille lesbienne doit apprendre, à coup de prières et d’exercices absurdes, à lutter contre ses désirs.  
Adapté du roman "The Miseducation of Cameron Post", ce second film de Desiree Akhavan a beau ne jamais tomber dans la caricature ou le pathos, elle fait naître chez le spectateur un sentiment de révolte. Si violence il y a dans le film, elle est surtout d'ordre psychologique. Pendant 90 minutes, on se laisse porter par le jeu tout en nuances des acteurs, Chloë Grace Morretz en tête, et une mise en scène jamais pesante.

"Comment peut-on pousser quelqu’un à se détester soi-même ?"

Même si le film se déroule au début des années 90, il met en lumière une réalité encore ignorée aujourd'hui:  les thérapies de conversion existent véritablement. Elles sont organisées par des groupuscules chrétiens extrémistes qui considèrent l’homosexualité comme une déviance qu’il faut corriger. Psychothérapie, exercices, prières, tout est organisé pour que les participants puissent "guérir" de leur homosexualité. D'après Franceinfo, aux Etats-Unis, des personnes trans subiraient même des injections de testostérone ou des électrochocs. Ces thérapies de conversions sont légales dans 41 états outre-Atlantique et 700 000 Américains âgés de 18 à 59 ans en auraient subi une. Quant à l'Union Européenne, elle a signé un texte appelant les pays membres à interdire de telles pratiques... seulement en mars 2018. Jusqu’alors, seules Malte et quelques régions autonomes espagnoles avaient interdit ces thérapies. Dans l’hexagone, il n’existe toujours aucun texte les condamnant. Selon le magazine Têtu, la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon aurait bien rédigé un projet de loi à ce sujet, mais il n'a toujours pas été présenté.

On peut d'autant plus le regretter qu'à ce sujet, le diocèse des Pyrénées-Atlantiques avait provoqué l’indignation au mois de mars dernier. En effet, deux "rencontres" sur le thème de "l’accompagnement des personnes homosexuelles" avaient été organisées à Bayonne et Pau le 7 et 8 mars, à l'initiative de l’association "Courage". Cette dernière s'était donnée comme mission d'apporter "un soutien pastoral sous la forme de conseils spirituels, aux personnes qui éprouvent de l’attirance envers le même sexe". L’organisation de ces réunions a fait bondir pas moins de 27 associations locales, partis et syndicats qui sont parvenus à les annuler, pour l’instant. "L’association Courage (…) considère que l'homosexualité est une pathologie, une sous-orientation sexuelle, a déclaré Joël Deumier, président de l’association SOS Homophobie pour France 3. C’est ce que nous dénonçons, car c'est contraire aux droits humains et fondamentaux".

Délicatement abordé dans le film "Come as You Are", le sujet a inspiré d'autres réalisateurs ces derniers temps. Entre autres Joel Edgerton qui a vient d'adapter au cinéma le roman éponyme, le film "Boy Erased", avec Nicole Kidman, Russel Crowe et Xavier Dolan

"Come as You Are" sort en salle le 18 juillet 2018.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus