Cannes, Venise, Tribeca : les festivals de cinéma contre attaquent Cannes, Venise, Tribeca : les festivals de cinéma contre attaquent

Cinéma

We Are One : les festivals de cinéma contre attaquent

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 4 Mai 2020

Et si maintenant pour se faire "une toile", il fallait directement se retrouver sur la Toile ? Ne pouvant pas respecter leurs formats traditionnels, les festivals de films à travers le monde redoublent d'efforts pour se réinventer, quitte à renoncer aux splendeurs et apparats qui étaient leur marque de fabrique. Et c'est toute l'industrie du 7ème art qui pourrait se retrouver chamboulée. Voici pourquoi.

Depuis mars, les festivals de cinéma tombent les uns après les autres, comme des dominos. À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles ... Les organisateurs s'arrachent les cheveux pour trouver des compromis. SXSW prévu en mars à Austin dans le Texas, diffuse actuellement sa sélection de 39 films sur Amazon Prime. Cannes, après deux reports, envisage maintenant d'organiser la mont ée des marches en septembre 2020. Seul hic, c'est aussi la période prévue pour des évènements phares comme la Mostra de Venise ou le Festival de Toronto...

Alors, comment ne pas se marcher sur les pieds tout en sauvant l'honneur ? C'est le Tribeca Film Festival, fondé par Robert de Niro et Jane Rosenthal, qui a apporté la solution en proposant à ses "concurrents" de s'allier en un seul événement baptisé We Are One: A Global Film Festival . 


Parmi ceux qui ont répondu favorablement à cet élan fédérateur : Cannes, Berlin, Venise, Annecy, Sundance, Toronto, Londres, San Sebastian, Marrakech, Locarno, New York, Mumbai, Macao, Jérusalem, Karlovy Vary, Sarajevo, Guadalajara, Sydney, Tokyo et Sarajevo. Le principe : un événement virtuel et totalement gratuit, diffusé sur YouTube du 29 mai au 7 juin 2020, qui rassemblera longs et courts métrages récents, tables rondes, documentaires et plus encore. Rappelons que le festival de Tribeca est précurseur en matière de digitalisation en organisant depuis trois ans le programme Tribeca Immersive: Cinema360 qui permet aux participants de visionner des contenus en réalité augmentée. Quant aux Oscars, les dirigeants de l'Académie ont décidé d’assouplir les règles pour cette 93e édition. Les films en streaming ou en VOD pourront être nommés dans la catégorie "Meilleur film" à condition qu’une sortie en salle ait été initialement prévue.

Tout comme l'industrie de la mode, le cinéma devrait t-il profiter de ce moment de latence pour entamer des démarches plus raisonnées ? Avec ces nouvelles problématiques, sont apparues des questions d'ordre environnemental et éthique. Si une partie de ces festivals deviennent virtuels, on imagine la réduction énorme des coûts habituellement engendrés, sans oublier l'empreinte carbone diminuée (en limitant les trajets aériens par exemple). Une bonne occasion également pour des films indépendants à petits budgets de gagner en visibilité et de toucher une audience plus large sans rester dans l'ombre des grosses productions... Et si cette crise sanitaire changeait définitivement la donne pour le septième art ?

Hasitha Ratnayake

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires