5 films où l’on s’aime fougueusement (et dans toutes les positions !) 5 films où l’on s’aime fougueusement (et dans toutes les positions !)

Cinéma

5 films où l’on s’aime fougueusement (et dans toutes les positions !) par Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

6 minutes

Publié le Mercredi 13 Mai 2020

La "distanciation sociale" imposée par la crise sanitaire donne furieusement envie de re(découvrir) des films où l’on n’a pas peur de s’embrasser, voire plus… Sélection.

1. Vertigo, de Alfred Hitchcock (1958) : l’appel de la pelle.
Le maître du suspense en connaissait un rayon, rayon baisers fougueux. Il le démontre dans ce chef-d’œuvre où il met en scène la quête éperdue d’un détective, Scottie, envers une femme, Madeleine, qui n’est peut-être pas celle qu’il croit être. Au cœur du film : un long baiser langoureux qui s’impose comme le plus bluffant roulage de pelle de l’histoire du cinéma.

 

2. Titanic, de James Cameron (1998) : dernier baiser avant la noyade.
Embrassons-nous avant qu’il ne soit trop tard ! A la proue du Titanic promis au pire, Leonardo DiCaprio (Jack) et Kate Winslet (Rose) échangent un baiser électrique dans une scène devenue "culte" du monument de James Cameron. En France, plus de 20 millions de spectateurs ont envahi les salles pour admirer cette étreinte à la fois fiévreuse et… humide.

.

3. Le secret de Brokeback Mountain, de Ang Lee (2005) : aimons-nous entre hommes.
Les cowboys ne sont pas tous des machos hétéros… Démonstration dans le beau film d’Ang Lee où les indiscutables Jake Gyllenhaal (Jack) et Heath Ledger (Ennis) dynamitent les us et coutumes du western en vivant en secret une histoire d’amour homosexuelle. Après de longues années d’attente et de frustrations, ils s’embrassent enfin goulument en ignorant les normes en vigueur dans l’univers liberticide du grand Ouest américain. On est content pour eux.

 

4. Happy Few, de Anthony Cordier (2010) : aimons-nous à plusieurs.
Rachel, Vincent, Franck et Teri sont des gens comme tout le monde, mais ils sont un peu plus audacieux… Amis et proches, les deux couples sont sexuellement attirés les uns par les autres et, embarqués dans la folle sarabande du désir, ils décident de multiplier les combinaisons et les positions pour épanouir leur libido en toute liberté. Dans cette merveille de 2010, Anthony Cordier met en scène un film brûlant, voire chaud bouillant, et bénéficie de l’aimable collaboration de son quatuor d’acteurs impeccables : Marina Foïs, Elodie Bouchez, Roschdy Zem et Nicolas Devauchelle.

 

5. La belle et le clochard, de Walt Disney (1955) : aimons-nous comme des bêtes.
Achevons ce parcours sensuel avec l’objet le plus mignon de notre sélection : un film d’animation inusable qui rappelle que la consommation en duo d’un plat de pâtes à la sauce tomate peut servir de prétexte à un charmant baiser. Dans ce monument destiné à tous les publics, les studios Disney orchestrent avec maestria une romance canine entre un cabot clochard et une petite chienne vivant dans une famille de nantis. On aboie de plaisir face à ce spectacle sentimental et social.

 

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires