« Yesterday » : Chic, les Beatles n’ont jamais existé ! « Yesterday » : Chic, les Beatles n’ont jamais existé !

Cinéma

"Yesterday" : Chic, les Beatles n’ont jamais existé ! par Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 3 Juillet 2019

"Help" ? "Yesterday" ? "Hey Jude" ? "Let It Be" ? On oublie… Dans son nouveau film, Danny Boyle imagine un monde où les Beatles n’auraient jamais entonné le moindre refrain. Résultat : une comédie nerveuse et délirante, une des meilleures de l’été.

Le rock et le cinéma, hélas, ne sont pas toujours deux bons amis. Et pour quelques pépites qui honorent comme elles le méritent les icônes électrisantes (comme, l’an passé, le génial Leto de Kirill Serebrennikov), combien de navets grandiloquents qui ne suscitent que des bâillements. Bonne nouvelle pour le début de l’été : Yesterday, de Danny Boyle réduit en miettes les clichés trop souvent associés au genre et plébiscite la fantaisie et le délire, ce dont on ne se plaint pas.

Dans son nouveau film, le cinéaste de Trainspotting et de Slumdog Millionaire raconte l’histoire abracadabrantesque du dénommé Jack Malik, un jeune Anglais qui rêve de triompher avec ses chansons et sa guitare, mais qui échoue lamentablement dans toutes ses tentatives. A part ses potes, personne n’écoute les compositions mollassonnes de Jack et le malheureux doit gagner sa vie en bossant dans un supermarché pour un salaire de misère. Un jour, une mystérieuse panne d’électricité à l’échelle planétaire bouleverse le destin morose du loser. Victime d’un accident de la route et hospitalisé, le rocker en herbe, après plusieurs heures de coma, se réveille dans un monde où, si rien n’a changé en apparence, quelques fondamentaux ont néanmoins volé en éclats. La preuve : personne n’a jamais entendu parler des Beatles. Et Jack s’aperçoit, tétanisé, qu’il est le seul à connaître le répertoire du quatuor. Il profite de l’aubaine, oublie sa tétanie et, en s’appropriant les chansons du groupe et en les enregistrant, devient illico une superstar internationale avec une flopée de tubes écrits par Lennon et McCartney, ce qu’il est le seul à savoir.

Un type ordinaire qui devient l’idole des foules en délire, qui en profite, mais qui culpabilise de devoir son triomphe à d’autres... Danny Boyle, avec cet argument prometteur, trousse un film qui… tient toutes ses promesses, malgré un final un rien décevant. Le reste du temps, aucune raison de bouder son plaisir : drôle, absurde, inventif, bien rythmé et remarquablement interprété par ses acteurs dynamiques (mention spéciale au méconnu Himesh Patel dans le rôle principal), Yesterday accompagne idéalement nos premiers pas dans la belle saison. Et, accessoirement, donne envie de réécouter les Beatles en boucle. Une activité qui ne déçoit jamais les oreilles.

Yesterday, de Danny Boyle, avec Himesh Patel, Lily James… Sortie le 3 juillet.

Olivier De Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires