« La forme de l’eau » : l’Oscar du délire !

Cinéma

"La forme de l’eau" : l’Oscar du délire !

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 20 Février 2018

Dans l’Amérique des 50s, une fille muette tombe amoureuse d’une étrange créature aquatique. Réalisé par Guillermo del Toro, ce film envoûtant est treize fois nominé aux Oscars. Une omniprésence méritée ? On vous dit tout…

Il faut aimer la flotte, les histoires d’amour surréalistes et les films où les forces de l’imaginaire emportent tout sur leur passage… Dans La forme de l’eau, Guillermo del Toro (Le labyrinthe de Pan) effectue un vertigineux flash back, direction les années 1950 et la Guerre Froide, mais il n’assène aucune leçon d’histoire fastidieuse. Son truc à lui : le rêve et le délire. Un choix que l’on ne regrette pas.

Quelque part aux Etats-Unis pendant les fifties, alors que les espions américains et soviétiques se cherchent des noises. Dans un gigantesque laboratoire, des scientifiques se livrent à des expérimentations sur une étrange créature aquatique. Elisa, une fille muette qui bosse comme femme de ménage dans le labo, se prend d’affection pour ce "monstre" dont elle est persuadée de comprendre les sentiments et désirs. Peu à peu, l’affection se transforme en passion amoureuse, promesse d’affriolantes galipettes érotiques, et Elisa cherche à libérer son compagnon, histoire de le sauver des griffes de ses tortionnaires et de pouvoir batifoler tout à son aise…

Si vous aimez les fictions oniriques, les trips visuels et la poésie sous acide, alors La forme de l’eau est pour vous. Avec ce petit miracle d’invention formelle, Guillermo del Toro, digne héritier du Terry Gilliam de Brazil, nous entraine dans un univers baroque où chaque scène recèle son lot de surprises et d’émerveillements. Avec son héroïne muette ultra expressive - incarnée par l’épatante Sally Hawkins - et son "monstre" amphibien égaré parmi les hommes, le cinéaste signe le film le plus étonnant et dingue du moment. Ce qui ne l’empêche pas, en filigrane d’évoquer de grands thèmes - l’intolérance, le racisme - qui résonnent avec force dans l’Amérique en lambeaux de Donald Trump.

Le 4 mars prochain, à Los Angeles, La forme de l’eau connaîtra peut-être un triomphe lors de la cérémonie des Oscars puisque le film truste 13 nominations, dont celles du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice, meilleur scénario… Sacre ou pas, la chose est en tout cas assurée d’avoir déjà remporté le prix (virtuel) de la fiction la plus hallucinante de ces derniers mois. C’est déjà beaucoup.

La forme de l’eau, de Guillermo del Toro, avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins…sortie le 21 février 2018.


Olivier de Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus