acid arab acid arab

Peut-on huer le DJ si on n'aime pas sa musique ?

Peut-on huer le DJ si on n'aime pas sa musique ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Dimanche 7 Juillet 2013

Si l'adage veut que le client soit roi, en est-il de même pour le festivalier ?

Festival Calvi On The Rocks, jour 2 : le duo Acid Arab performe un dj set en live à la plage du bout du monde, face à une foule déjà ivre de rosé à 18h, déjeuner tardif oblige. Le concept d'Acid Arab, comme son nom l'insinue, est de mixer de vieilles chansons classiques Arabes chinées dans des boutiques de vinyles à un son électro moderne, pour un résultant qui nous met en transe sur les plus beaux trémolos du Maghreb et d'ailleurs. Mais à peine va-t-on saluer Hervé et Guido, les deux DJs d'Acid Arab, que l'info tombe sur un ton un peu amer : "Dès la première chanson classique Arabe qu'on a mise, on s'est fait huer par la foule. Apparemment, c'est pas leur truc, ici, ce genre de culture..." Hervé me confie : "Attends, on s'est même pris un citron, et des doigts d'honneur de danseurs qui nous disaient "On ne veut pas de musique Arabe ! "
###twitter###
Qui l'eut cru ? La politique, ou plutôt le racisme, peut donc s'insinuer sous le sable. Sous les grains de sable, l'intolérance. Alors, qu'ont-ils fait ? Hervé répond candidement :"Nous, on s'en fiche, on a continué à mettre notre musique, on est là pour ça !" Or, chaque année, la pression de la foule se fait de plus en plus sentir.

D'ailleurs, samedi soir 6 juillet, pour clôturer les live du Théâtre de Verdure, le groupe Blackstrobe s'est aussi plié au jeu. Mettant le feu à la foule avec une performance endiablée et rythmée, le chanteur, Arnaud Rebotini, a cependant prévenu le public avant une chanson, s'excusant carrément : "Désolé cher public, mais là, on va faire une balade..."
Les festivaliers en transe gueuleraient presque, et pourtant, les Blackstrobe sont bien là pour jouer leur musique, toute leur musique, non ? Maryama, une Ajaccienne qui vit à Berlin où elle travaille avec un label électro et qui vient tous les ans à Calvi, résume assez clairement le problème : "Quand tu vas en soirée, tu as le choix : ou tu aimes la musique et tu t'amuses, ou tu n'aimes pas, alors tu pars... Mais pas question d'aller demander ton tube de l'été au DJ !" Compris ?

Bethsabée Krivoshey

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre Politique de Confidentialité et notre Gestion des Cookies.