Tanorexie : est-ce que je suis accro au bronzage ? Tanorexie : est-ce que je suis accro au bronzage ?

Maquillage et tendances

Obsédé par votre bronzage ? Vous êtes peut-être atteint de tanorexie... par Virginie Gonçalves

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 15 Août 2019

Bronzer à tout prix, même à celui de sa santé. C'est le trouble dont souffrent les personnes atteintes de tanorexie. Se trouvant toujours trop pâles, ces accros au bronzage exposent leur peau au soleil de façon compulsive. Un comportement qui n'est pas sans danger.

Alors qu'on cultive gentiment notre hâle en vacances pour afficher une jolie mine à la rentrée, d'autres y travaillent sans relâche. Ne supportant pas leur peau pâle, toujours trop blanche à leur goût, certaines personnes s'exposent sans compter dans l'espoir de voir leur peau brunir le plus possible. Une addiction au bronzage qui révèle en fait un trouble du comportement aujourd'hui connu sous le nom de tanorexie. Aussi appelée tanoholisme ou bronzomanie, cette maladie mentale qui n'est pas encore reconnue concerne de plus en plus de gens et se manifeste par une exposition compulsive au soleil. La tanorexie n'est cependant pas qu'une passade estivale. Ceux qui souffrent de cette dépendance pathologique veulent être bronzés toute l'année, quitte à rôtir dans des cabines UV en hiver pour y arriver. Et tant pis si cette obsession s'avère dangereuse, multipliant les risques de cancer de la peau.

Une image déformée du bronzage
La tanorexie est liée à un trouble de l'image et s'apparente à une forme de dysmorphie, cette perception déformée de son corps dont souffrent par exemple les anorexiques. Même s'ils sont  déjà hâlés voire cramés, les tanoholiques ne se voient jamais assez bronzés. Pour ne rien arranger, la peau pâle historiquement prisée car synonyme de statut social a aujourd'hui perdu ses lettres de noblesse. La société valorise désormais le bronzage qui renvoie une image de vacances réussies, de bonne santé et de bien-être. Une bonne mine est forcément une mine bronzée. C'est pourquoi cette addiction est souvent prise à la légère même si elle présente de gros risques pour la santé.

Quand faut-il s'inquiéter ?
Et si vous souffriez vous aussi de tanorexie sans le savoir ? Les symptômes de ce trouble se rapprochent de ceux de l'addiction à certaines substances, comme la drogue ou l'alcool : envie de bronzer dès le réveil, besoin de doses d'UV toujours plus importantes, angoisse quand il n'y a pas de soleil, déprime et colère si on ne bronze pas... Alors, si vous organisez vos journées autour de votre bronzage et passez le moindre temps libre à peaufiner votre hâle. Si vous campez sur la plage de 9 h du matin aux derniers rayons du soleil. Si vous ne pensez qu'à vous exposer. Si le but de vos vacances n'est pas de vous reposer, de découvrir de nouveaux paysages ou de profiter de vos proches mais de bronzer à tout prix. Si vous considérez que vos vacances sont ratées quand vous n'avez pas assez bruni. Si vous cherchez à maximiser chaque exposition, quitte à ne pas mettre de crème solaire ou pire à appliquer de la graisse à traire. Ou si vos marques de bronzage sont marques de réussite, alors, oui, il faut s'inquiéter.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires