Malvoyante, l’influenceuse Emily Davison gère pourtant l’eyeliner comme personne Malvoyante, l’influenceuse Emily Davison gère pourtant l’eyeliner comme personne

Maquillage et tendances

Malvoyante, l’influenceuse Emily Davison gère pourtant l’eyeliner comme personne par Dan Hastings

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mardi 11 Décembre 2018

Avec son trait d’eye-liner parfaitement dessiné, son goût pour la mode et ses placements produits sur Instagram, Emily Davison a tout d’une influenceuse lambda. Elle est pourtant malvoyante, son œil droit étant aveugle et son œil gauche n’ayant que 10% de ses capacités. Portrait.

Lorsqu’on pense aux personnes malvoyantes, on n’imagine pas forcément une jeune Anglaise de 23 ans, fan de Harry Potter et d’astronomie. C’est justement pour casser les clichés qu’Emily Davison a lancé en 2012 son blog mode et beauté, baptisé Fashioneyesta, en référence à ses yeux qui lui ont fait défaut dès la naissance. La jeune femme souffre en effet de dysplasie septo-optique et vit avec seulement 10% de vision à l’œil gauche, ce qui lui a valu d’être victime de harcèlement scolaire à l'adolescence. Comment se réapproprier un corps moqué par ses camarades, et grossissant puis mincissant à vue d’oeil à cause de son traitement médical ? En le parant de belles matières et d’une touche de gloss, raconte Emily Davison. "J’ai senti le regard des personnes valides changer, elles se sont mises à me faire des remarques comme 'Tu ne ressembles pas à une aveugle' ou 'Tu as l’air normale'". Lancer son blog devient alors une évidence, et Fashioneyesta, une plateforme pour partager sa passion. Mais aussi éduquer le plus d’internautes possible sur la question méconnue du handicap visuel, qui touche pourtant 1,7 millions d’individus rien qu’en France.

YouTubeuses et en situation de handicap

Et le succès est au rendez-vous, son blog et sa chaîne YouTube cumulant très vite des milliers d’abonnés. Les marques de beauté commencent même à la contacter en 2013, la jeune femme collaborant entre autres avec Lush, L’Occitane et Urban Decay. Des partenariats qui lui semblaient inatteignables quelques mois plus tôt, et qui lui permettent de sensibiliser ces géants de la cosmétique à la question du handicap. “Lorsque j’ai commencé mon blog, j’étais presque la seule influenceuse concernée par ce sujet, se souvient-elle. Mais désormais, les industries de la mode et de la beauté n’ont plus le choix : elles savent que nous sommes là”. Une nouvelle génération de YouTubeuses ayant en effet décidé de parler de handicap sans tabou. En France, on compte notamment Elsa Make Up, paraplégique et en fauteuil roulant suite à une opération du dos, ou encore Clémentine, de la chaîne Quiaimeastuces.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

SMILE // ???? En story je vous raconte comment j’ai réussi à surpasser et passer outre le regard des gens. J’en suis tellement fière aujourd’hui ! ???????? Fière de voir mon évolution au fil des ans. Petite on me disait que je ne pourrai pas avoir d’autonomie, pas faire d’études... C’était bien mal me connaître, moi et ma force de caractère ahah ! Même ma maman m’a dit « mais où est ma petite fille ? » ça m’a fait sourire. J’ai si hâte de pouvoir transmettre mes valeurs et mes anecdotes de vie à mes enfants plus tard, si hâte ???????? Et vous, de quoi êtes-vous le plus fier(e)s ? Ne laissez jamais personne vous juger ou remettre en question une décision qui vous rend heureux.ses. Belle soirée les cop’s ♥️ @cosmoparis - - #letthemtalk #cosmoparis #ootd #love #outfitoftheday #smile #autumn #fall #hairstyle #styleblogger #lyon #frenchblogger #blondhair #summer #amour #blonde #blogolyon #strongwomen #engaged #wedding

Une publication partagée par CLÉMENTINE ???? QUIAIMEASTUCES (@quiaimeastuces) le

 

En plus de rendre visible les personnes concernées, trop souvent oubliées des médias traditionnels ou dont on parle en confisquant la parole, ces jeunes femmes ne se gênent pas pour critiquer nos sociétés, organisées par et pour les valides. Lorsque Emily fait son shopping de vêtements en ligne, par exemple, elle se retrouve face à des e-boutiques qui ne décrivent pas correctement leurs produits (matière, couleur, coupe, longueur…). Un détail anodin pour tout individu doté d’un bon sens de la vue, mais qui n’en est pas un pour les internautes malvoyants. Même problématique quand elle se rend dans des boutiques de cosmétiques, explique-t-elle : "Acheter du maquillage peut être compliqué lorsqu’on souffre d’un déficit visuel. Dans ce cas, je vais en magasin avec ma mère, qui a été maquilleuse et qui m’aide à choisir les tons de couleur qui m’iront le mieux. Et sur le web, je regarde les swatches, je lis les commentaires, puis je réfléchis bien avant d’acheter.” Un processus long et infantilisant, quand une personne sans déficit d’acuité visuelle pourra acheter n’importe quel produit seule et en quelques secondes... La solution ? Les marques pourraient commencer par produire des testeurs plus gros, ou écrire les noms des couleurs de manière plus visible. La question du design étant centrale pour les personnes en situation de handicap, comme l’explique bien l’auteure Sinéad Burke dans un TEDx Talk devenu viral l’an dernier et intitulé Pourquoi le design devrait inclure tout le monde.



Raconter de nouvelles histoires

L’autre enjeu, selon Emily ? Montrer les différentes facette du handicap visuel. Pour cela, elle choisit aujourd’hui de se mettre en première ligne, en répondant à des interviews dans des médias traditionnels, ou encore, en se rendant dans des écoles pour expliquer aux enfants que les malvoyants doivent avoir les mêmes droits que tout le monde. Avec des résultats probants, selon elle, d’autant que la pop culture se met aussi à représenter sa réalité. "En 2016, dans Le Monde de Dory, Pixar a mise en scène un requin-baleine nommé Destinée, qui est une incarnation géniale et légère d’une personne malvoyante. La plupart du temps, un personnage avec un handicap visuel est d’office aveugle à 100%. Alors qu’en réalité, au Royaume-Uni, 93% des personnes atteintes d’un déficit visuel ne le sont pas…" Preuve, selon l’influenceuse, de la paresse des scénaristes.

Pour continuer à apporter sa pierre à l’édifice, Emily aimerait un jour écrire des contes pour enfants dont e héros serait atteint d’un handicap, avec pour objectif d’apprendre aux plus jeunes à prendre en compte leurs camarades non-valides dans leurs décisions. En attendant, elle continue à combattre les préjugés et l’ignorance à coup d’Outfit Of The Day et de test de produits beauté, le tout, accompagnée par l’adorable Unity, sa chienne-guide. Un atout idéal pour un post Instagram réussi, car Emily reste avant tout une influenceuse.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre Politique de Confidentialité et notre Gestion des Cookies.