Make-up : on a testé Glossier Play Make-up : on a testé Glossier Play

Maquillage et tendances

Make-up : on a testé Glossier Play par Alice Elia

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mercredi 6 Mars 2019

La petite sœur de Glossier vient de dévoiler ses quatre premiers produits. Du make-up qui se veut longue tenue et saturé de pigments, contrairement à son aîné. On a mis ces nouveautés à l’épreuve des faits.

Après un teasing orchestré par la marque et qui a suscité à la rédaction les hypothèses les plus variées ("ça va être des produits d’athleisure", "non, attendez, ça va être des lubrifiants"), Glossier a enfin dévoilé Play, la petite sœur de la première gamme. Et donc il ne s’agit ni de produits intimes, ni de maquillage spécial sport, "juste" de make up. Oui, on l’avoue, on a été un poil décu.e.s. de voir que ça n’était "que" ça. Il faut dire que Glossier est spécialiste des effets d’annonce et que, vu le succès stratosphérique de la marque, on s’attend désormais, pour tout ce qui vient d’elle, à des exploits. Bref. Passé ces réactions à chaud, notre professionnalisme a repris le dessus et on a voulu tester ces nouveautés pour ce qu’elles sont.

Avec cette ligne qui a, paraît-il, demandé deux ans de travail aux équipes de Glossier, la marque veut apporter la touche de couleur qui manquait à son offre. Au programme : un highlighter, des petits pots de paillettes, une laque à lèvres, un crayon pour les yeux et deux accessoires (un taille-crayon et un mini-pinceau en silicone), soit 30 références en tout. L’objectif : permettre à chacun.e de jouer librement avec les couleurs, sans règle pré-établie ni interdit. Sur le papier, que du bon. Dans le détail, voici ce que ça donne.

Première chose : chaque produit est emballé dans un petit sachet qui, lui-même, se glisse dans un étui traditionnel en carton. Autrement dit : pour chaque produit, il y a deux emballages. L’effet est pop, bien dans l’esprit de la marque, mais pas écologique du tout. Ce qui a priori va dans le sens de tous ceux qui reprochaient déjà à Glossier sa démarche pas très green et ses formulations pas très soucieuses de naturel. Passons aux produits.

 

#1 Les crayons pour les yeux Colorslide

La promesse : un eyeliner gel aux couleurs intenses, avec une tenue de 12 heures (8 heures sur la muqueuse à l’intérieur de l’oeil).

Ce qu’on en a pensé : on adore le fait qu’il y ait 14 teintes, mates et métallisées (dont un orange, un rose vif et un vert anis), ce qui est 100 % cohérent avec la promesse de la gamme. Mieux : il n’y même pas de noir, mais un "faux noir", un noir marron appelé "brack" (pour "brown" + "black "), moins classique et moins dur que du noir pur. La formule gel est très facile à appliquer et glisse bien sur la peau. En revanche, la tenue n’est pas exceptionnelle. En particulier à l’intérieur de l’œil, où il n’y a plus grand-chose deux heures après l’application.

15 €

 

#2 La laque à lèvres Vinylic Lip

La promesse : Un rouge liquide brillant, dans un format stylo avec un embout mousse.

Ce qu’on en a pensé : Il n’y a "que" 6 teintes, mais elles sont sublimes et vont de l’orange au taupe, en passant par un rose girlie et un rouge pomme d’api. En fonction de la quantité de produit qu’on applique, on peut créer un effet "bouche mordue" ou intense, il suffit de cliquer et de renouveler l’application. L’embout est à la fois suffisamment précis pour dessiner les contours des lèvres et assez confortable pour remplir l’intérieur. En revanche, là aussi, rien d’exceptionnel dans la tenue. Au bout de deux heures (comprenant, il est vrai, quelques grignotages), une grande partie de la couleur et de la brillance a disparu. A noter quand même : ce qui subsiste sur les lèvres est, certes, moins intense qu’au début, mais reste joli et homogène.

16 €

 

#3 Le highlighter Niteshine

La promesse : un highlighter liquide, qui s’applique comme un gloss, avec un embout mousse.

Ce qu’on en a pensé : quatre teintes du bronze à l’or rose, très faciles à appliquer grâce à l’embout mousse. Le fini, ni trop nacré, ni trop poudré, est juste parfait. L’effet est plus "3 D" que celui des "Haloscopes" de Glossier, sans pour autant présenter ce côté trop "mouillé" ou trop gras qu’ont certains highlighters. Tenue : nickel. Rien à dire.

19 €

 

#4 Les paillettes Glitter Gelée

La promesse : Des paillettes multidimensionnelles faciles à porter, faciles à appliquer et longue tenue.

Ce qu’on en a pensé : Les paillettes sont en suspension dans un gel translucide pour faciliter l’application et la tenue. La marque recommande de les poser à l’aide du "Detailer", un petit pinceau en silicone approximativement en forme de spatule, qui permet de les positionner et répartir comme on le souhaite et qui, de fait, facilite grandement l’application. Mais surtout, le plus important : les paillettes sont de vraies paillettes (pas de fines particules ou des nacres). Autrement dit, elles sont grosses, chose rare pour une marque de make-up grand public. L’effet se voit donc vraiment, même de loin, et, avec la lumière, crée à tout moment une belle impression de scintillement. Les quatre teintes, qui évoquent plus ou moins celles de métaux précieux (or, argent, or rose et or blanc) sont classiques, mais réussies. La tenue est excellente. Et, même si la marque recommande une utilisation sur les paupières, rien n’interdit de les utiliser ailleurs. On sur-valide.

14 €

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires