Sans paraben, sans sulfate… : pourquoi vous ne verrez plus ces mentions sur vos produits de beauté ? Sans paraben, sans sulfate… : pourquoi vous ne verrez plus ces mentions sur vos produits de beauté ?

News

Sans paraben, sans sulfate… : pourquoi vous ne verrez plus ces mentions sur vos produits de beauté ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 1 Juillet 2019

Sans paraben, sans alcool, sans phtalate… La liste des ingrédients que ne contient pas un produit cosmétique vous rend confus quant à son efficacité ? Eh bien ça tombe bien : à partir du 1er juillet 2019, les mentions "sans" disparaîtront. Mais cela nous rend-il vraiment service ?

Les mentions "sans" se sont multipliées sur les emballages de nos produits cosmétiques. Un phénomène qui connait son succès grâce à la volonté d'une clientèle qui veut consommer des produits plus naturels car, pense-t-on, moins nocifs.

Mais la Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA) estime que les marques usent à tort les allégations "sans". C’est pourquoi, le 28 juin 2019, l’organisation a annoncé dans un communiqué de presse qu'elles seront bientôt interdites. Un nouveau règlement qui entrera en vigueur à partir du 1er juillet 2019 dans toute l’Europe. L’objectif : mieux informer les clients sur le contenu des produits cosmétiques qu’ils achètent et non pas sur ce qui n'a pas été mis dans la formule.

"Pour le consommateur, le bénéfice concret de cette nouvelle réglementation, c’est plus de clarté sur les produits, sur les preuves qui sont apportées par les départements de recherche et développement des marques cosmétiques et sur les tests consommateurs qui sont menés", explique Anne Dux, directrice des affaires scientifiques et réglementaires de la FEBEA dans le communiqué.

Cependant, certaines allégations "sans" resteront autorisées si elles apportent un réel bénéfice pour le consommateur. Par exemple, "sans alcool" pour les bains de bouche destinés à la famille, "sans ingrédients d’origine animale" pour les produits destinés aux personnes véganes ou "sans huiles essentielles" pour ceux destinés aux femmes enceintes. Pour les autres, il faudra donc redoubler de vigilance en scrutant attentivement la liste des ingrédients au dos des emballages. Pour essayer de parer à ce problème, la FEBEA s’engage à publier une base de données de 25 000 ingrédients décryptés. "Cet outil a la vocation de mettre fin aux idées reçues sur la dangerosité de certains produits, pouvant influer sur les comportements des consommateurs", précise Anne Dux. Une initiative qui devrait arranger les grands groupes industriels de produits cosmétiques qui utilisent paraben, sulfates, silicones et autres ingrédients qui n'ont pas vraiment le vent en poupe en cette période de green washing.

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires