Les paillettes se mettent au vert pour le Carnaval de Rio Les paillettes se mettent au vert pour le Carnaval de Rio

News

Le Carnaval de Rio se met aux paillettes biodégradables par Zoé Puyremond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 1 Mars 2019

Ce vendredi 1er mars 2019 débute le traditionnel Carnaval de Rio de Janeiro. Et difficile d'imaginer un carnaval sans une pluie de paillettes, d'autant plus que cette année elles seront entièrement biodégradables grâce à la marque Pura Bioglitter qui en a fait sa spécialité depuis deux ans. Samba !

Que serait le mythique Carnaval de Rio sans ses paillettes colorées ? Certainement une fête moins folle. Seulement voilà, les paillettes qui nous font briller de mille feux sont très polluantes, car constituées de plastique. "J'utilisais toujours beaucoup de paillettes, je trouvais ça génial. Mais quand j'ai découvert qu'elles étaient faites de plastique et d'aluminium, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose pour changer ça", expliquait à l'AFP, Frances Sansao, la fondatrice de la marque Pura Bioglitter, en plein préparatifs pour le carnaval. Depuis deux ans, certains danseurs.ses et participants.es optent pour une alternative écologique : des paillettes biodégradables de la marque Pura Bioglitter, créée en avril 2017. Depuis deux ans, la marque s'est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de paillettes composées d'algues et de pierres de mica. "Ces paillettes sont plus légères et ne sont pas nocives. Au contraire, elles font du bien à la peau et n'ont aucun impact sur la vie marine", ajoutait Frances Sansao. 

En quelques jours, "les paillettes se décomposent et reviennent à leur état naturel, des algues et des pierres, ce n'est pas un problème qu'elles terminent dans la mer", insistait Frances Sansao. Pour le moment, la créatrice et ses deux associés confectionnent 800 grammes de paillettes quotidiennement. Et même si la demande augmente chaque jour, l’entrepreneuse ne pense pas "qu’il soit possible de fabriquer des paillettes biodégradables à échelle industrielles à des prix compétitifs". Ses paillettes sont vendues environ 2,30 euros le flacon et sa petite entreprise prévoit d'en fabriquer 50 kg jusqu'à la fin du carnaval, le 6 mars prochain. La fête peut commencer. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires