Étude : le lien entre stress et cheveux blancs (enfin) démontré scientifiquement Étude : le lien entre stress et cheveux blancs (enfin) démontré scientifiquement

News

Étude : le lien entre stress et cheveux blancs (enfin) démontré scientifiquement

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 12 Février 2020

Une étude menée par des chercheurs brésiliens et américains a confirmé que le stress et l'anxiété provoquaient des cheveux blancs. Réalisée sur des souris, l’étude démontre les mécanismes exacts de ce phénomène.

Ce n’est pas nouveau. L’idée selon laquelle le stress et les événements traumatisants boostent la pousse de cheveux blancs est très répandue. Pourtant cette croyance n’avait jamais été corroborée par la science. C’est maintenant chose faite. Une expérience menée sur des souris de laboratoire a permis à des chercheurs brésiliens et américains d’établir ce lien. Ces souris ont été exposées à des facteurs de stress distincts. Résultat ? Chaque facteur de stress a conduit à l'apparition de poils blancs ou gris sur les animaux.

Les chercheurs se sont ensuite concentrés sur les cellules souches mélanocytaires (productrices de pigments) situées à la base des follicules pileux, l'espace à partir duquel les cheveux poussent. Il s’est avéré que ces cellules étaient liées aux neurones du système nerveux sympathique. Les neurones libèrent le neurotransmetteur noradrénaline lors des moments de stress ou de peur. Une fois ce système activé, le neurotransmetteur agit sur les cellules souches mélanocytaires responsables de la couleur des cheveux. Une fois le stock de cellules souches mélanocytaires épuisé, la création de pigments dans les bulbes folliculaires n'est plus possible. Par conséquent, les poils produits par le follicule seront blancs en permanence.

Assez technique, tout ça. Pour corroborer leur hypothèse, les scientifiques ont traité les souris pour l’hypertension artérielle afin de bloquer l'action de la noradrénaline. Bingo, l’apparition de poils gris ou blanc a stoppé. "Avec cette étude, nous savons maintenant que les neurones peuvent contrôler les cellules souches et leur fonction, et peuvent expliquer comment ils interagissent au niveau cellulaire et moléculaire pour relier le stress au grisonnement des cheveux. En comprenant précisément comment le stress affecte les cellules souches qui régénèrent le pigment, nous avons jeté les bases pour comprendre comment le stress affecte les autres tissus et organes du corps", ont déclaré les chercheurs. Vous savez ce qu'il vous reste à faire. 

 


 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires