Et si la grasse matinée était mauvaise pour la santé ?

News

Et si la grasse matinée était mauvaise pour la santé ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Jeudi 8 Juin 2017

Si vous aussi vous attendez chaque fin de semaine pour enfin avoir le droit à votre grasse matinée bien méritée, il va peut-être falloir réviser cette habitude, puisque dormir plus longtemps le week-end pourrait bien nuire à votre santé.

Avez-vous déjà entendu parler du "jet lag social" ? Car il est possible que vous en soyez victime sans même le savoir. On vous explique.

Contrairement à la semaine où, pour la plupart des personnes, le réveil est réglé comme du papier à musique, le samedis et le dimanche il reste éteint. D’ailleurs 85% de la population* avoue s’endormir et se réveiller plus tard le week-end. Mais ce décalage de rythme pourrait bel et bien être mauvais pour la santé, amenant des sautes d’humeurs et une fatigue chronique. Pire, chacune des heures qui séparent le lever quotidien à celui du week-end augmenterait de 11% le risque de maladies cardiaques et cardiovasculaires.

Une étude réalisée par le professeur Till Roenneberg de l'Institut de psychologie de Munich a aussi démontré que cette perte de régularité amplifie de 33% le risque d’obésité. Les personnes victimes du "jet lag social" seraient donc les plus grandes consommatrices de caféine, d’alcool, de cigarettes, et seraient le plus susceptibles d’être déprimées par rapport  au reste de la population.

Mais pourquoi parler de "jet lag" ? Simplement car ce dérèglement de l’horloge biologique est comparable à un vol aller-retour Paris New York en un week-end. Alors comment faire pour braver la fatigue accumulée ? Le professeur recommande l’alignement des horaires de travail à celle de l’horloge biologique. Belle idée mais très certainement utopique. Pour l’instant la seule chose que l’on peut vraiment vous conseiller c’est de préserver la régularité des 7 heures minimum de sommeil par nuit. Sauf pour celles qui ont déjà des enfants.

* SOURCE :  Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, online November 18, 2015.


Maurane Hugon

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus