Vous êtes accro au sport ? Vous êtes peut-être atteinte de bigorexie Vous êtes accro au sport ? Vous êtes peut-être atteinte de bigorexie

News

Vous êtes accro au sport ? Vous êtes peut-être atteinte de bigorexie par Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Dans un nouveau livre sorti ce jeudi 26 avril 2018, l’ancien footballeur des Bleus, Bixente Lizarazu, s’est confié sur son quotidien, et notamment sur la bigorexie dont il souffre. Une maladie encore peu connue qui se révèle être une vraie addiction.

Vous vous rendez au sport deux fois par jour, organisez votre vie en fonction de vos entraînements et êtes très attentive à votre régime alimentaire ? Peut-être que, comme Bixente Lizarazu, ex-footballeur ayant remporté la coupe du monde avec les Bleus en 1998, vous souffrez de bigorexie.

Très peu connue, cette pathologie est pourtant officiellement considérée comme une maladie par l'Organisation mondiale de la santé. Elle s'apparente à une addiction : celle au sport. Et comme pour beaucoup de choses dans la vie, pratiqué de manière excessive, il devient dangereux pour la santé. "Quand le sport est consommé avec excès, sans plus aucun contrôle, et qu'il sert à lutter contre une souffrance, l'addiction s'installe", expliquait le psychiatre addictologue Laurent Karila dans une tribune publiée sur Le Huffington Post. Les sport addicts cherchent ainsi à atteindre des sensations engendrées par l’endorphine secrétée part le cerveau lors de l’effort physique

A quel moment tombe-t-on alors dans la bigorexie ? Comme l’explique le HuffPost, "le premier symptôme sera une modification complète du quotidien en fonction de l'exercice physique. L'addict va se procurer de nouveaux équipements, passer à une nouvelle alimentation, et organiser l'intégralité de ses journées, et même de sa vie, en fonction du sport."
En cas d’interruption, la malade va réagir comme un drogué en manque de sa dose. En plus d’être frustré, son corps va ressentir les symptômes du manque : "la tristesse, l'angoisse, la nervosité, l'irritabilité, les troubles de l'appétit, du sommeil sont présents lors d'une diminution, d'un arrêt volontaire ou contraint de l'exercice physique", précise le médecin.

Cette maladie dont on parle encore très peu, est surtout provoquée par un cocktail d’éléments présents dans la société : la performance, le fait de vouloir dépasser un seuil, la prise de risque, l'ennui, l'envie d'aller toujours plus haut, toujours plus loin… Pour en sortir, il faudra s’adresser à un médecin, qui procèdera à une évaluation physique et psychologique.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus