Comment bien choisir son sheet mask ? Comment bien choisir son sheet mask ?

Le mois de la beauté

Comment bien choisir son sheet mask ? par Jeanne Dréan

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 7 Décembre 2018

Ils ont envahi nos salles de bain, séduisant par leur côté à la fois efficace (les résultats se voient illico) et pratique (ils sont faciles à poser). Mais face à cette offre pléthorique, à tous les prix et pour tous les besoins, pas toujours facile de choisir. Voici tout ce qu’il faut savoir avant de remplir votre panier.

Quel sheet mask pour quels besoins ?
Anti-ride, coup d’éclat avant un date, réparation après soleil, reboot pour lendemain de fête, base de maquillage… Il existe aujourd’hui autant de masques imprégnés que de situations beauté. Une offre telle qu’un quart des 16-24 ans ont utilisé un masque imprégné cette année (datas Mintel 2018). Ce qui plait : leur prix modique, bien sûr, mais aussi leur côté pratique - ils ne coulent pas et restent bien fixés à la peau -, leur efficacité visible immédiatement à l’ère du tout-selfie et enfin, leur aspect fun pour certains en forme de panda ou de smiley (plus besoin de filtre Snapchat). Au final, leur promesse de préparer la peau avant une soirée ou de la rebooster après une nuit blanche, relève plus du marketing et se révèle finalement assez secondaire, et pour cause. En réalité, la plupart des sheet masks servent surtout à réhydrater la peau, la rendant plus plumpy et plus uniforme.
"Schématiquement, les masques sur support sont la somme d’un sérum pour l’efficacité et la pénétration des actifs et d’une crème de jour pour le confort et l’action de surface, le tout optimisé par la galénique et l’effet occlusif du masque", résume Sophie Strobel, biologiste experte en cosmétologie. En mettant la peau sous cloche pendant environ 15 minutes, il la perfuse d’actifs jusqu’à saturation. D’où l’effet "wahou" plébiscité par toutes ses adeptes.

La clé : l’acide hyaluronique
L’actif star des masques imprégnés, c’est l’acide hyaluronique connu pour ses vertus hydratantes. Cette molécule naturellement présente dans la peau est capable de retenir jusqu’à 1000 fois son poids en eau. De bas poids moléculaire, elle va pénétrer profondément dans l’épiderme pour booster la production naturelle d’acide hyaluronique. De haut poids moléculaire, elle va rester en surface pour lisser les ridules de déshydratation et les traits creusés par la fatigue et donner un nouveau rebond à la peau. Le fameux effet "plumpy" ! L’idéal est de conjuguer les deux pour une action court et long termes en checkant que "Sodium hyaluronate" figure bien en haut de la liste des ingrédients.
Par ailleurs, si vous recherchez un effet sur l’éclat et l’uniformité du teint, misez sur de la vitamine C et si vous voulez une action purifiante, adoptez un masque au charbon végétal activé, absorbeur de sébum et de saletés.

Quel support choisir ?
"La clé, c’est la façon dont le masque va adhérer à la peau pour avoir cette action occlusive que l’on attend de lui", assure Sophie Strobel. Il en existe plusieurs sortes, plus ou moins efficaces. "Peu occlusifs, les masques en coton n’ont qu’une action hydratante de surface, selon l’experte qui déplore que les actifs restent, pour beaucoup, dans les mailles de tissu. Les masques hydrogels, eux, sont des masques dont les formules ont été gélifiées, dont les actifs pénètrent déjà mieux." Pour elle, le doute persiste sur les sheet masks en silicone ou les rubber masks, matière plastique certes occlusive mais qui ne permet pas forcément de stocker un max de produit, sans compter qu’elle n’est pas du tout écolo. Selon Sophie Strobel, "le must, c’est la biocellulose, véritable seconde peau qui peut recueillir toutes sortes d’actifs pour tous les besoins. Sa structure ultra fine en 3D peut contenir jusqu’à 30 ml de sérum, soit l’équivalent d’un mois d’application." Le plus : ils sont issus de matières naturelles, comme de l’eau de coco fermentée biodégradable. Le moins : ils sont chers à produire, et donc plus coûteux en magasin. Si le prix vous arrête, tournez-vous alors vers des dérivés d’alginates ou des fibres de bambou.

Quel effet peut-on raisonnablement en attendre ?
Le sheet mask aura une action ponctuelle sur la beauté de votre peau, juste après la pose. Prenez-le comme un "extra" dans votre routine de soin habituelle, une fois par semaine par exemple, le week-end quand vous avez un peu de temps devant vous. Mais si vous voulez un effet à long terme sur le taux d’hydratation de la peau, les rides ou l’uniformité du teint, il faudra alors en faire tous les jours, comme le recommandent certaines "facialists" américaines. Plus sobrement, vous pouvez aussi vous offrir une cure ponctuelle, avant un mariage par exemple, à raison d’un masque par jour les deux semaines qui précèdent l’événement (c’est ce que font les actrices avant un red carpet important !).

 

Nos 5 sheet masks préférés

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires