Tatouage : mode d’emploi du tattoo vegan Tatouage : mode d’emploi du tattoo vegan

Le mois de la beauté

Tatouage : mode d’emploi du tattoo vegan par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 16 Novembre 2018

Véritable mode de vie, le véganisme s’impose peu à peu dans notre quotidien. Et le monde du tatouage n’y coupe pas non plus. Seule ambiguïté : il existe des salons vegans à 100%, et d’autres qui le sont un peu moins. Voilà comment s’y retrouver.

Pour éviter de se retrouver avec des substances animales (tels des cochenilles, des os calcinés ou des débris de lapin) sous la peau, mieux vaut opter pour un tatouage vegan. Mais entre les différents labels et les nombreuses certifications des encres, difficile de savoir si un tattoo est entièrement vegan. En plus, il y a clairement deux écoles : les salons qui se veulent uniquement vegan friendly et ceux qui assurent l'être totalement. Voilà qui devrait éclairer votre lanterne.

Les salons vegan friendly

Si de plus en plus de tatoueurs français se sensibilisent à la cause animale et n’utilisent ni produits testés sur les animaux, ni substances animales (c’est le cas des Parisiens de Désolée Papa) beaucoup de tatoueurs sont en vérité quasiment vegans sans le savoir. Et pour cause, les encres leaders sur le marché le sont bien souvent. Elles ne contiennent ainsi aucune substance animale, et n’ont pas non plus été testées sur les animaux. Parmi elles, les encres Waverly Color Co, Fuzion Tattoo Ink, Intenze Tattoo Ink et Stable Color. Un conseil : parlez-en avec votre tatoueur avant de vous lancer.

Autre particularité de ces salons, les crèmes qui y sont vendues pour entretenir les tatouages y sont également cruelty free. Eh oui, vous ne vous en doutez pas, mais souvent, les cicatrisants contiennent de la cire d’abeille. La démarche de ces salons s’arrête ici. Et franchement, ce n’est déjà pas si mal.

Les salons entièrement vegans

Encore aujourd’hui, rares sont les tatoueurs qui sont entièrement vegans. Et pour cause, les difficultés pour l’être (et le rester) sont nombreuses : vaseline, détergents médicaux… autant de produits qui paraissent indispensables et qui ne sont pas vegans. Pourtant, certains parviennent à ne faire aucun compromis. Et ils n’en deviennent pour autant pas plus chers que les autres. Les prix pratiqués restent même identiques à ceux pratiqués dans les salons lambda. C’est le cas du salon aixois Karbone, tenu par les vegans convaincus Kalawa et Louve. Ici, le véganisme est roi : des encres aux détergents, en passant par le papier transfert, qui à la base contient de la cire de laine, rien ici ne contient de substances animales. Les détergents médicaux ont par exemple été remplacés par un savant mélange d’eau et de sel spécial, et la vaseline, remplacée par un gel à l’aloé vera. Exit aussi les pansements et le cellophane, souvent remplacés par des pansements liquides dernier cri. Mais attention à ne pas s’y méprendre, comme le rappellent très bien Kalawa et Louve, qui dit vegan ne dit pas forcément biologique, les assemblages étant souvent totalement chimiques. Preuve, encore une fois, qu’on ne peut pas tout avoir.


© Karbone

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre Politique de Confidentialité et notre Gestion des Cookies.