Pourquoi les déos naturels paraissent moins efficaces ? Pourquoi les déos naturels paraissent moins efficaces ?

Le mois de la beauté

Pourquoi les déos naturels paraissent moins efficaces (mais ne le sont pas) ? par Alice Elia

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 21 Novembre 2018

On considère généralement que les déos naturels sont plus healthy, mais moins performants contre les odeurs de transpiration. Et qu’en gros, on ne peut rien y faire. Et si en fait il suffisait de laisser au corps le temps de s’habituer ?

Comme tout le monde, alerté.e par les soupçons qui pèsent sur les déodorants traditionnels aux sels d’aluminium, vous avez voulu passer au déo naturel. Comme tout le monde, vous avez constaté avec horreur que, ces jours-là, en fait, vous sentiez très mauvais. A vrai dire, vous aviez oublié la capacité de puanteur de votre organisme. Comme tout le monde, vous avez malgré tout voulu persévérer, en donnant sa chance à un autre déodorant naturel. De nouveau, la puissance de vos émanations vous a frappé.e de plein fouet. Vous vous en êtes depuis fait une raison : on ne peut pas tout avoir. Et si, en fait, ce n’était qu’une question de temps ? Et qu’il fallait juste, en matière de déodorant naturel comme sur d’autres sujets, accepter d’en passer par une phase de transitioning ?

Tout ne serait en fait qu’une histoire de microbiote cutané, cette population de micro-organismes qui vivent sur la peau et maintiennent son équilibre. "Les déodorants ‘chimiques’, grand public, sont tous basés sur un effet antibactérien. Pour minimiser les odeurs, ils réduisent la population générale bactérienne mais augmentent la biodiversité. Si on arrête d’en mettre, les bactéries reviennent, mais sont différentes des bactéries habituelles, et ont tendance à sentir plus mauvais", explique Marie Drago, pharmacienne, spécialiste du microbiote cutané et créatrice de la marque de cosmétiques aux pré- et probiotiques Gallinée. Autrement dit, quelle que soit l’efficacité du déodorant, il faudrait de toute façon en passer par une phase de rééquilibrage durant laquelle on sent mauvais. "Au premier abord, on peut penser que le déodorant n’est pas efficace. Il n’en est rien. Il suffit d’être un peu patient. Il faut que les gens apprennent à fonctionner avec leur corps et non contre lui", argumente Claire Ralston, co-créatrice de la marque de déodorants Girl Smells distribuée en France par Oh my Cream et dont les formules contiennent des huiles essentielles, de l’huile de coco et de tournesol. Combien de temps pour que le microbiote se rééquilibre ? C’est variable, mais ça peut prendre jusqu’à 1 mois : "Quand on arrête les déodorants conventionnels, on retrouve les composés sur la peau jusqu’à 4 semaines après la dernière application", constate Marie Drago. Pour nous aider à patienter, Girl Smells a mis au point un masque détox spécial aisselles qui aiderait à rééquilibrer le microbiote. Sinon, d’après les tests réalisés à la rédaction, les déodorants naturels, vegan et bio de la marque Day Dry semblent, eux, être efficaces immédiatement. Sans doute parce qu’ils contiennent eux-mêmes des probiotiques pour neutraliser les odeurs, sans déséquilibrer le microbiote.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus