Faut-il bannir le terme anti-âge des produits cosmétiques ? Faut-il bannir le terme anti-âge des produits cosmétiques ?

Le mois de la beauté

Faut-il bannir le terme "anti-âge" des produits cosmétiques ? par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 2 Juillet 2018

En Angleterre, une organisation pour la santé publique s’est demandée s’il ne fallait pas bannir des crèmes et autres produits de soin le mot ‘anti-âge’, un terme qui insinue qu’il est absolument nécessaire de lutter contre les signes de vieillesse.

"Effacer les premières rides", "combattre les signes de l’âge""soin jeunesse"... Voilà les promesses et les terminologies utilisées par les fabricants de soins anti-âges. The Royal Society for Public Health, Vision, Voice and Practice (une organisation publique pour la santé en Angleterre) appelle les marques de cosmétiques et les magazines de beauté à bannir le terme anti-âge pour, au contraire, se concentrer sur les côtés positifs de prendre de l’âge.

Pour justifier sa demande, l’organisation a mené une étude intitulée "Comment les comportements face à la vieillesse impactent la santé et le bien-être". On y apprend que 23% des hommes ressentent une pression pour garder une apparence jeune, un chiffre qui s’élève à 49% pour les femmes. Normal, les publicités pour l'anti-âge mettent quasi systématiquement en avant des figures féminines, comme si les rides étaient un plus gros problème pour elles. "Tous les êtres humains, à tous les stades de leur vie vieillissent à leur manière. C’est une conséquence naturelle de la vie. La présomption que vieillir est quelque chose d’indésirable et à combattre est aussi absurde que dangereux. Être 'anti-âge' est aussi insensé qu’être ‘anti-vie'", peut-on lire dans les détails de l’étude.

Le rapport souligne également que les plus jeunes sont ceux qui ont la pire perception de la vieillesse : 24% des 18 – 34 ans pensent qu’une fois âgé, il est impossible d’être attirant. Un chiffre qui montre que les enjeux autour de la terminologie "anti-âge" et ses représentations sont importants. Le magazine Allure, lui a déjà cessé d’utiliser le mot anti-âge depuis 2017.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus