Confidences de pros : leurs pires moments de gêne Confidences de pros : leurs pires moments de gêne

Le mois de la beauté

Confidences de pros : leurs pires moments de gêne

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Coiffeurs, esthéticiennes, manucures : ces pros qui se plient quatre pour nous rendre belles vivent parfois des moments… gênants ! Ils nous racontent ces anecdotes qu’ils auraient aimé ne jamais vivre.

"Alors que je démêlais les cheveux d’une cliente, je lui demande si ça ne tire pas trop. Elle me répond d’un air entendu : 'Qu’est-ce qui vous dit que je n’aime pas ça ?' Sa réponse a créé un gros blanc, et moi, je suis devenu tout rouge." Thomas, coiffeur à Paris

"Le moment du brushing peut être un vrai défi, surtout si le client parle doucement ou essaie de parler de sujets privés. La meilleure façon de contourner ce problème, c’est d'apprendre à lire les lèvres dans le miroir... Tout le monde peut dire : 'Quoi ? Parlez plus fort ! Je ne vous entends pas ! Mais personne ne le fait. En fait, si on entend mal, on sourit, on incline la tête et on répond 'Oui, absolument', en espérant que ça passe." David Martin, coloriste australien

"Un jour, un de mes apprentis a cru à tort qu’un client avait des poux. J’ai dû vérifier longuement, mais il n’y avait rien. La suite du rendez-vous a été gênante pour tout le monde. On n’est pas censé couper les cheveux quand ils sont infestés, mais on n’a pas non plus envie de le découvrir trop tard !" Aline, coiffeuse à Nantes

"Un homme prend rendez-vous au téléphone pour une épilation des sourcils. Jusque-là, rien d’anormal. Cet homme se présente au salon, habillé en femme. Aucun problème, on commence la prestation. Elle a l’air de beaucoup lui plaire : sous sa jupe, je vois une bosse se gonfler à mesure que j’arrache les poils. Tellement gênant ! En plus, on était alors dans une cabine double et l’autre cliente a aussi pu profiter du spectacle, en se retenant de rigoler." Gwen, spécialiste beauté du regard à Paris

"Il m’est arrivé de prendre les mauvais ciseaux. Au lieu de prendre la paire pour effiler les cheveux doucement, j’ai enlevé une grosse mèche sur le crâne de mon client. Une vraie humiliation pour moi. Lui, je ne l’ai jamais revu !" Pascal, coiffeur à Marseille

"Une cliente pas très à l’aise à l’idée de dévoiler son intimité au grand jour à eu la mauvaise idée de boire quelques verres avant son rendez-vous. Non seulement elle n’était pas dans son état normal, mais en plus, en fluidifiant le sang, l’alcool l’a rendue encore plus sensible à la douleur." Déborah, esthéticienne à Paris

"Quand j’épile les sourcils d’une cliente, il m’arrive de voir qu’elles ont une énorme crotte de nez. Ca déconcentre énormément ! Par pitié, mouchez-vous mesdames." Alexa, esthéticienne à Montrouge

"Un jour, sur une cliente venue se faire épiler le maillot, j’ai trouvé un morceau de papier toilette coincé dans sa raie des fesses. A peine installée, j’ai dû lui tendre une lingette ! Et encore, certaines collègues ont vu bien pire…" Charlie, esthéticienne à Montpellier

"Ma cliente avait tellement mauvaise haleine que j’ai mis un masque en prétextant un rhume tout le temps de la prestation. Elle était super bavarde en plus !" Shain, experte beauté du regard à Lyon

Jeanne Dréan

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus