lara stone

C'est dans le mag : Spécial Beauté

C'est dans le mag : Spécial Beauté

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 26 Mars 2014

Les couleurs qui illuminent le visage, les soins qui gomment les défauts, les parfums qui boostent le potentiel séduction, le fitness qui muscle vite... Lara Stone, top iconique, égérie l’Oréal Paris, interprète avec magie les beauty codes de la saison.

Soins Prêt-à-porter pour peau parfaite

La nouvelle génération de cosmétiques performe à tous les niveaux : correction immédiate  des petits défauts + action traitante à long terme. Résultat : la peau est si belle, qu’on se passerait (presque) de make-up. Par Fanny Blanc 

Ils matifient
L’objectif : mater les luisances et coacher l’épiderme pour qu’il brille moins à l’avenir. Dès l’application : de petites billes minérales jouent les super éponges à sébum et créent un film imperceptible à la surface de la peau. La lumière est fractionnée, évitant le côté "plein phare" sur la brillance.
Sur le long terme : le soin s’attaque à l’hyper production de sébum, responsable des luisances, grâce à une batterie d’actifs régulateurs, comme la fleur de lin ou la reine des prés. Dans les formules pour peaux grasses, on mise sur des ingrédients plus costauds, comme le zinc pour rééquilibrer la flore microbienne, ou l’acide salicylique pour déloger les impuretés.

Make-up liner, les nouveaux codes
Dupliqué, inversé, suspendu ou exagéré… Tous les twists pour le porter façon printemps-été 2014. Par Alice Elia

Out le trait fin 50’s, la virgule 60’s ou le smudgy 90’s : l’eye-liner se réinvente grâce à une série de détails qui font toute la différence. Petit glossaire des figures de style qui changent la donne.

L’interruption : Le trait inférieur meurt à mi-chemin de la paupière, mettant l’accent sur le coin interne de l’œil, effet œil de lynx (Missoni).

L’intégrale : Le trait entoure tout l’œil et sertit l’iris, effet cat’s eyes (Stella McCartney). La duplication : Le trait au ras des cils se double d’une seconde ligne au creux de la paupière supérieure, effet néo-existentialiste (Roksanda Ilincic).

L’inversion : Le trait suit la ligne des cils inférieurs (et non supérieurs), comme le khôl de nos années teen, effet mi-rock mi-oriental (Carven).

L’exagération : Le trait prend la tangente et s’enfuit vers les tempes, effet rétro-futuriste (Haider Ackermann).

Découvrez la suite de notre spécial beauté dans le numéro 122 en kiosque actuellement. Et pour vous abonner au magazine, c'est par ici !

A. Elia et E. Laffay

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus