Voulez-vous prendre un cours de hamac ? Voulez-vous prendre un cours de hamac ?

Forme&minceur

Sport : voulez-vous prendre un cours de hamac ? par Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 10 Janvier 2020

N’imaginez pas que nous allons vous vanter les mérites de la sieste après le déjeuner ! L’Antigravity® est le cours de fitness le plus sophistiqué et plus impressionnant qui soit. On l’a testé au Klay, à Paris. Et on ne rêve que d’une chose : se retrouver de nouveau la tête en bas.

Quand on débarque pour la première fois dans une salle de gym comme Le Klay on se sent un peu comme Bécassine à Paris : on trébuche contre une marche, on manque de se prendre une vitre en pleine figure et on ne sait pas comment marche la carte magnétique qui permet de fermer son placard dans les vestiaires. On se tourne alors vers notre voisin qui nous dit gentiment : "Je crois que le vôtre ne fonctionne pas, essayez plutôt celui-ci, vous voyez, ça marche." On réalise alors que le voisin en question, avec sa casquette bien vissée sur sa tête, c’est Olivier Rousteing, le D.A. de Balmain (les gens connus sont toujours gentils quand on leur demande un menu service qui n’a rien à voir avec leur métier). Seul point positif prouvant qu’on n’est pas totalement hors-course, on a revêtu ce jour-là un short noir comme 95% des adhérents du club, filles ou garçons mélangés. Le noir réduisant tout le monde de plusieurs tailles. On regarde sur un panneau la liste des cours à venir et on tombe sur celui-ci : antigravity®. On pense qu’on va sûrement se sentir plus léger. "C’est un cours avec des hamacs", nous précise poliment la jeune femme à l’accueil.

Va donc pour le cours avec des hamacs ! Sitôt le nôtre accroché à deux poulies, on comprend très vite que les exercices qui suivront ne vont pas consister à se balancer en sifflotant voire en ronflotant. Et comme il n’y a que des filles autours de nous, on comprend aussi que cela ne va pas être un cours con pour garçons, ces derniers n’aimant rien mieux que de soulever des poids, courir comme des dératés ou taper dans un punching ball. Et voilà comment, en deux temps trois mouvements, on se retrouve à la fois acrobate au Cirque du Soleil et trapéziste au Plus grand cabaret du monde.

On vous jure pourtant que sur cette terre, il existe peu de gens moins raides et moins sujets au vertige que nous. Mais à un mètre du sol, que risque-t-on ? Pas grand-chose, se dit-on en se jetant en arrière dans le vide, tel un désespéré, les pieds enroulé aux deux pans du hamac. Première sensation : pendouiller la tête en bas fait beaucoup de bien aux articulations. Et on a vraiment l'impression d'être comme Sandra Bullock dans Gravity, film bien nommé. Pour la première fois, on réussit même à faire le poirier. Pas la chandelle, hein, le vrai poirier, tête, fesses et pieds parfaitement alignés. Totalement insensibles à nos petites cris (de terreur ou d’amusement), les jeunes femmes dans la salle effectuent parfaitement leurs exercices. Seule une femme plus âgée nous adresse des sourires complices signifiant qu’elle aussi est passée par le stade de notre médiocrité. "Vous avez trouvé d’instinct la bonne position", nous rassure la coach à un moment, alors qu’on s’apprête à chuter lourdement cul par-dessus tête.  Mais non, on ne tombe pas. Notre hamac agissant telle une solide ceinture de sécurité, on continue à prendre des poses extravagantes. Mais plutôt agréables au bout du compte. Si agréables, même, qu’on se jure de recommencer.

Erick Grisel

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires