Souffrez-vous du “syndrome de la fesse morte” ? Souffrez-vous du “syndrome de la fesse morte” ?

Forme&minceur

Souffrez-vous du “syndrome de la fesse morte” ? par Alice Elia

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

6 minutes

Publié le Vendredi 16 Novembre 2018

Du présumé “brazilian butt lift” (lifting des fesses) de Kim Kardashian, au très sérieux “dead butt syndrome” (syndrome de la fesse morte), le derrière triste est le nouvel ennemi à abattre (ou plutôt à relever). Pourquoi et comment lui faire la peau.

Au baromètre des courbes autorisées, la fesse, en nette croissance depuis quelques saisons, atteint son plus haut niveau. Plus fière et plus bombée que jamais, pour ne pas dire oversize, elle bat des records de générosité, notamment chez Kim K, qui aurait, donc, fait augmenter les siennes… Après des décennies de tyrannie du XXS, afficher de belles fesses est un statement, presqu’un attribut du girl power. En témoigne la plastique désinhibée de J-Lo ou Beyoncé. Ça tombe bien, la communauté sportive aux États-Unis découvre avec émoi que beaucoup d’entre nous (même sportives) souffriraient d’un syndrome "fesses mortes". Pas assez musclé, rendu paresseux par le fait d’être toujours assise, un fessier mollasson expliquerait la plupart des blessures dont souffrent les runneuses assidues (syndrome de l’essuie-glace, aponévrosite…). Idem, pour tous ceux qui passent 8 heures par jour assis sur le fauteuil de bureau, cela peut restreindre le flux sanguin et entraîner des douleurs à la hanche, des maux de dos et des problèmes de cheville.
Du statement esthétique à la justification sportive : autant d’éléments qui plaident pour une fesse plus gaie, plus sexy et plus musclée. Quatre raisons de se mettre au travail, avec Lucile Woodward, coach sportif* et wellness ambassador Biotherm.


En travaillant ses fesses…

1) On adopte illico une posture plus sexy
Avoir des fesses fermes et musclées facilite le port du short en jean, ça on sait. Mais c’est aussi le meilleur raccourci vers une jolie cambrure. Jouant le rôle de pivot entre le torse et les jambes, le fessier est l’une des principales caractéristiques qui nous différencie des primates. Les quadrupèdes (gorilles, par exemple) n’en ont pas. Et pour cause : c’est le fait de se tenir à la verticale qui donne aux fesses leur fonction. Plus elles sont musclées, plus on se tient droite et plus la cambrure est importante. Accessoirement, on gagne aussi en assurance. CQFD.

2) On minimise les risques de blessures
Avec un fessier bien musclé, on évite de sur-solliciter d’autres parties du corps. A l’œuvre dans le “dead butt syndrome” dénoncé aux États-Unis, un mécanisme de compensation par lequel les runneuses pallient des fesses faiblardes en forçant sur les cuisses et l’avant des genoux, et finissent par se blesser. Le phénomène concerne potentiellement tous les sports qui se pratiquent debout, du volley à la zumba. Au quotidien, comme ce sont les fesses qui tiennent le bassin, si elles sont “mortes”, la silhouette bascule aussi vers l’avant et on risque des tensions dans les cuisses et le bas du dos, voire une lombalgie chronique.

3) On se déstresse
Comme les trapèzes, les abdos et les mollets, autres muscles très puissants, les fesses sont une zone privilégiée d’accumulation des tensions. Héritage de nos origines préhistoriques : face à un danger, quel qu’il soit, elles se mobilisent automatiquement pour permettre la fuite. D’où, parfois, des douleurs dans le bas du ventre et du dos et, dans tous les cas, une concentration inconsciente du stress, à évacuer par des exercices d’étirement.

Et les résultats se voient vite
Même si les fesses plates sont génétiques, on peut largement influencer la nature. En les musclant, on obtient des résultats visibles dès trois semaines. La bonne équation :
- une demi-heure d’entraînement spécifique deux à trois fois par semaine
- une alimentation adaptée : moins de produits industriels facteurs de toxines, moins de sucre et un diner plus léger le soir pour limiter le stockage, des légumineuses riches en fibres pour drainer et du magnésium anti-inflammatoire pour booster les muscles (dans les noix, noisettes, fruits de mer…)
- une crème ad hoc, à appliquer juste avant ou juste après l’effort, car le travail musculaire crée, pendant une à deux heures, un afflux sanguin qui décuple le pouvoir des actifs.

* Un ventre plat, c’est malin (éd. Quotidien Malin), ici.

 

 


Fesses book
Trois exercices de renforcement, un d’étirement. Attention, comme les fessiers sont des muscles très puissants, ça brûle vite, mais c’est bon signe. Pour ne pas que l’organisme s’habitue, on varie chaque semaine l’intensité, en allongeant les séries et/ou en ajoutant des lests (en commençant par 500 g).

Pour des fesses hautes et rebondies
A quatre pattes, les mains au-dessous des épaules, les genoux au-dessous des hanches, en gardant une cambrure naturelle du dos, on monte une jambe tendue, le pied flex, en diagonale vers l’intérieur, puis on la descend en diagonale vers l’extérieur. On commence par le nombre de mouvements qu’on peut et on rajoute deux à cinq répétitions par jour jusqu’à atteindre 50 répétitions pour chaque jambe. Ensuite, on peut rajouter des poids aux chevilles, puis un élastique entre les deux chevilles.
Pour des fesses bien resserrées
Debout, le dos bien droit, en équilibre sur une jambe, le pied flex, on monte une jambe sur le côté et on effectue de petits cercles. On essaye de ne pas s’appuyer contre le mur car l’équilibre permet aussi de travailler les muscles de gainage profonds de la jambe d’appui. On commence par 5 cercles avec chaque jambe et on augmente progressivement jusqu’à 25. Puis, on passe aux lests et à l’élastique.
- Pour des fesses joliment bombées
Le pied droit posé bien à plat sur une marche ou un step, la jambe gauche fléchie à l’arrière, on pousse sur la jambe droite pour monter la gauche, sans poser le pied. On fait 10, puis 15, 20, 50 répétitions. Ensuite, pour augmenter difficulté, on saute, puis on ajoute des lests aux chevilles ou on prend une bouteille d’eau dans chaque main.
- Pour détendre et affiner les muscles (de préférence avant le coucher)
A quatre pattes, on avance le genou droit et on monte la jambe droite par-dessus la gauche. On pousser sur les mains pour se redresser et on s’assoit en ouvrant les genoux. En respirant par l’abdomen, on reste au moins une minute de chaque côté.

Les résultats sont encore plus rapides si …

 

  • …on ajoute du cardio : natation (en faisant des battements, surtout avec des palmes), vélo  (en prenant soin de décoller de temps à autres les fessiers de la selle et en pédalant en arrière), elliptique (à pratiquer en arrière quelques minutes), running (en montée quand c’est possible) ou même marche rapide (en mobilisant bien le fessier à chaque fois qu’on prend appui sur une jambe)
  • …on booste l’effort en posant sur les fesses des électrodes d’électrostimulation type Compex. En effectuant les mouvements pendant la stimulation (régler l’appareil sur 80 au moins), on dope les fibres musculaires.

    Shopping list :

    Back Up 3D Sérum Effet Push Up, Talika, 39 €
    Wonderfesse crème scultante spécifique fesses, Jeanne Piaubert, 73,05 €
    No Complex Crème Fesses-Cuisses Galbe & Minceur, Givenchy, 54 €

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus