S’initier au yoga par le biais d’Instagram causerait de nombreuses blessures S’initier au yoga par le biais d’Instagram causerait de nombreuses blessures

Forme&minceur

Yoga : à cause d'instagram et ses postures improbables le yoga cause de plus en plus de blessures

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 6 Novembre 2019

Le hashtag #yoga rassemble plus de 73 millions de publications sur le réseau social de partage de photos. Pour s’inscrire dans la tendance, les professeurs de yoga s’inspirent de plus des postures des postures qu’ils voient postées pour dépasser leur élève en cours. Sauf que la loi du plus fort vaut quelques blessures.

Selon un article du Telegraph, le yoga étant devenu de plus en plus populaire grâce aux réseaux sociaux, incitent plus facilement les personnes sans expérience en la matière à enseigner cette pratique de mauvaise manière. Nombreuses sont les vidéos d’initiation au yoga pour débutants publiées par des youtubeurs, qui partagent ce sport en élaborant des postures plus élaborées les unes que les autres. Derrière cette tendance, se cache une volonté purement esthétique de poster ses plus belles poses de yoga sans forcément penser aux risques de se blesser, notamment au niveau des hanches.

Les poses à éviter de reproduire seul.e chez soi sont celles du scorpion, le sirsa padasana (la tête qui va jusqu’au pied), l’équilibre à une main et le yoganidrasana appelé également Yogi Sleep. D’après une étude publiée dans le British Medical Journal, datant de 2018, 64 % des blessures dues au yoga viennent de la hanche, le genou ou encore les ischio-jambiers. Pour éviter tous maux, mieux vaut pratiquer le yoga avec l’encadrement d’un professionnel certifié ou bien ne faire que du yoga facial, qui permettrait d’avoir meilleure mine.  

Que cela soit pour les professeur.e.s ou les élèves, il est important de ne pas confondre raideur et douleur, mais aussi ne pas ignorer un pincement ou un blocage provenant de l’aine, comme le rappelle Benoît Matthews, spécialiste de la hanche et des genoux, à la BBC.

L.A

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires