Santé : l’alcool tue plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis Santé : l’alcool tue plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis

Forme&minceur

Santé : l’alcool tue plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 22 Septembre 2018

Diabète, maladies infectieuses et problèmes cardio-vasculaires, selon l’OMS, l’alcool est à l’origine de plus de 200 maladies différentes. Pire : il est la cause de trois millions de décès tous les ans dans le monde, soit plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis. Explications.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de dévoiler les résultats alarmants de son rapport sur la consommation d’alcool dans le monde et ses conséquences néfastes sur la santé. Et à en croire l’organisation, le breuvage tue chaque année trois millions d’êtres humains à travers le monde, soit environ une personne sur vingt à lui seul. Ainsi, 5,3% des décès sont liés à cette boisson et chez les jeunes de 20 à 29 ans, ce chiffre grimpe à 13,5%. L’alcool est donc plus meurtrier que le sida, la tuberculose et la violence réunis. A noter que les trois quarts de ces morts concernent les hommes. 

Dans un communiqué, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS a indiqué que "beaucoup trop de personnes, leurs familles et leurs communautés, souffrent des conséquences de l'usage nocif de l'alcool, que ce soit par la violence, les problèmes de santé mentale et les maladies comme le cancer et les accidents vasculaires cérébraux". Plus de 200 maladies et autres maux sont directement liés à la consommation d’alcool : diabète, maladies cardio-vasculaires, violences et même homicides. Et les dégâts ne s’arrêtent pas là. Sur les 3 millions de décès attribués à ce breuvage, 28% étaient liés à des accidents de la route, violences et suicides. Et bien que la consommation ait diminué de plus de 10% depuis 2010 en Europe, notre continent reste celui où l’on boit le plus d'alcool. L’OMS en prévoit toutefois une hausse au cours des dix prochaines années dans les régions du Pacifique occidental, du continent américain et des régions du sud-est asiatique. Un usage démocratisé et très inquiétant qui "entrainera certainement une augmentation du nombre de décès et de souffrances dans le monde entier". Nous voilà prévenus.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus