Running : j’ai testé la basket Nike Joyride Running : j’ai testé la basket Nike Joyride

Forme&minceur

Running : j’ai testé la basket Nike Joyride

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 26 Novembre 2019

Innovation de Nike, la basket Joyride est pensée pour les petits footings, de récupération par exemple. Sa spécificité : sa semelle se compose de milliers de billes pour amortir chaque foulée.

Ceux qui portent régulièrement des Nike le savent. Il vaut mieux opter pour une pointure en plus de votre taille habituelle. Pour la basket Joyride en revanche, j’ai opté pour un bon 41 alors que je chausse du 39 habituellement. Cela me permet de ne pas être trop serrée dans la chaussure, ni à l’avant ni dans sa largeur, tout en gardant un bon maintien de mon pied.

La course, ce n’est pas mon truc. Commencer par la Nike Joyride a donc du sens pour moi, puisque ce modèle est pensé pour les petits footings "pour se faire plaisir" (un concept encore inconnu pour moi), sans chercher la performance. Pour les autres cas de figure, d’autres baskets de la marque conviennent mieux.

L'innovation derrière cette nouvelle sneaker ? La semelle qui est censée réduire la fatigue des jambes en absorbant les chocs à chaque foulée et ce grâce à un millier de billes en TPE, soit un mélange de plastique et de caoutchouc, réparti sous le pied. La plupart se trouve bien sûr sous le talon plutôt que sous les orteils. 

En pratique, cela donne une chaussure confortable pour les petites courses. Ce qui convient très bien pour les débutants comme moi. Lors de mon test, je n’ai pas beaucoup ressenti le mouvement des billes pendant ma course d’environ 4 kilomètres, ce qui permet de ne pas avoir une perte d'équilibre dès que mon pied touche le sol. Disponible dans plusieurs coloris, son style est ludique avec les billes multicolores qui apparaissent en transparence de la semelle. Mais même si son look est plutôt sympa, je ne pense pas porter cette Joyride en dehors de mes sessions sportives. Mais quitte à ne posséder qu'une seule chaussure de running, j'opterais plus pour le modèle Nike Zoom Pegasus Turbo 2 qui me paraît mieux rebondir et adapté à des sessions de running plus fréquente.

Nike Joyride Run Flyknit, 180 euros.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires