Forme&minceur

Comme les championnes du monde de foot, faut-il baser sa routine sportive sur ses règles ? par Esteban de Azevedo

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 17 Juillet 2019

Le secret de la victoire ? Des entraînements adaptés au cycle menstruel, concoctés par une scientifique ! Et pour nous, serait-ce une bonne idée ?

Etonnant qu’aucun préparateur physique de ces équipes n’y ai pas pensé plus tôt. D’après la scientifique Georgie Bruinvels et les révélations du média anglais The Guardian, adapter les entraînements aux cycles menstruels des athlètes permettrait de maximiser leurs performances. Après avoir donné un coup de main aux joueuses américaines, la scientifique ira d’ailleurs coacher des joueuses de tennis britanniques. Une démonstration de force des Américaines, qui ont donc travaillé intelligemment, qui pourrait bien faire évoluer en profondeur l’approche des coachs des équipes sportives féminines. Georgie Bruinvels explique : "Les fluctuations hormonales peuvent avoir des conséquences sur la biomécanique ou la souplesse des ligaments et des muscles (...) Des études montrent que la musculation est plus avantageuse dans la première moitié du cycle menstruel : le corps s'adapte et récupère mieux.". Travailler plus en douceur pendant les règles permettrait ainsi d’éviter les blessures comme les ligaments croisés qui seraient ainsi plus vulnérables lors de la première partie du cycle menstruel, avant l’ovulation. Une application, FitrCoach, est d’ailleurs disponible si vous êtes sportives. 

Le conseil du coach
Selon le coach Patrice Paul, manager adjoint de la salle Episod à République, "sport et menstruations ne sont pas incompatibles. Une pratique sportive peut-être inconfortable uniquement pendant des règles abondantes et/ou très douloureuses". Selon lui : "il faut adapter les séances pour les sportives de haut niveau et même pour toutes les femmes qui auraient une pratique sportive poussée. C’est-à-dire plus de trois fois par semaine, à intensité élevée, au-delà de 130 pulsations par minutes. Le tout est de personnaliser les programmes, bien évidemment".
Conclusion : faire du sport pendant les règles, c'est oui, mais avec des exos moins intenses. Si vous voulez vous donner à fond, privilégiez plutôt la période post-ovulation. Et globalement : écoutez-vous.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires