Les substances chimiques utilisées en cosmétique liées à une puberté précoce chez les jeunes filles Les substances chimiques utilisées en cosmétique liées à une puberté précoce chez les jeunes filles

Forme&minceur

Les substances chimiques utilisées en cosmétique liées à une puberté précoce chez les jeunes filles par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 5 Décembre 2018

Les spécialistes de la santé sont nombreux à s’inquiéter du lien entre perturbateurs endocriniens et puberté précoce, phénomène de plus en plus fréquent chez les jeunes filles. Une récente étude vient de confirmer leurs dires : l’exposition in utero à certaines substances chimiques influe sur l’âge de la puberté.

Aujourd’hui, il n’est pas rare d’entendre parler de puberté précoce. Et pour cause, l’âge de la puberté, notamment chez les jeunes filles, ne cesse d’avancer. La faute aux perturbateurs endocriniens et autres substances chimiques qui peuplent notre quotidien. Une étude, menée par des chercheurs de l’université de Californie et publiée ce mardi 4 décembre 2018 dans la revue Human Reproduction, vient d’ailleurs de prouver l’impact négatif des produits d’entretien et de soin sur le développement hormonal des (très) jeunes filles. Maquillage, shampooings, déodorants, désodorisants… Tous pourraient être à l’origine de puberté précoce. Et ce dès le plus jeune âge puisque les plus graves conséquences se formeraient dès les premiers mois de grossesse de la mère.

Pour en arriver à de telles conclusions, les scientifiques ont fait faire de nombreux tests d’urine à plusieurs femmes enceintes. Le but : y étudier le taux de phtalate, de parabène et de phénol, trois substances chimiques que l’on retrouve dans un nombre incalculable de cosmétiques, et dans de nombreux produits d’entretien. Le phtalate est utilisé pour créer des parfums, des déodorants, des désodorisants intérieurs et des savons, le parabène en cosmétique et le phénol dans la quasi-totalité des produits de soin et de maquillage. Voilà qui est rassurant.

Selon les chercheurs, un doublement de l’exposition de la mère au phtalate est associé à une apparition de la pilosité pubienne chez la fille avancée de 1,3 mois minimum. Et un trop fort taux des deux autres substances chimiques dans les urines, entraînent la venue des premières règles un mois à l’avance minimum chez les jeunes femmes. Ils ont aussi découvert que les petites filles qui avaient un fort taux de parabène dans leurs urines avant neuf ans, n’échappaient que très rarement à une puberté précoce. Preuve supplémentaire qu'une exposition quotidienne aux substances chimiques affecte énormément le bon développement hormonal. Cependant, l’étude ne montre, pour le moment, aucun impact chez les jeunes garçons. Mais si vous voulez notre avis, ça ne saurait tarder…

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus