La mode du cycling aurait augmenté le taux de chirurgies vaginales La mode du cycling aurait augmenté le taux de chirurgies vaginales

Forme&minceur

La mode du cycling aurait augmenté le nombre de chirurgies vaginales par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

De plus en plus de femmes ont recours à la chirurgie vaginale pour modifier l’apparence de leur vulve, dans un souci esthétique. Ce qui est nouveau ? Certaines subissent ces opérations pour pouvoir continuer à faire du vélo à haute dose.

D’après l’ASPS, l’American Society of Plastic Surgeons, on enregistre en 2016 une augmentation de 40% des labiaplasties, les opérations des petites lèvres de la vulve. Cette augmentation serait directement liée à la pratique d’une activité physique, et notamment au vélo et de "l'indoor cycling".

Même si l’on a aucun doute sur l’efficacité du cycling sur notre cardio, à cause des frottements, ou des impulsions contre la selle, d’un legging serré et de la transpiration, les conditions ne seraient pas idéales pour préserver notre vagin. En proie aux lésions, infections ou contractions au niveau des petites lèvres, de plus en plus de femmes auraient donc recours à la labiaplastie. Cette opération permet de redimensionner et repositionner les petites lèvres sous les grosses lèvres de la vulve pour qu’elles soient protégées.



On ne connaît pas les effets à long terme d’une telle opération. Avant de contacter un chirurgien, essayez les shorts rembourrés pour plus de confort. Ou apportez votre selle rembourrée à chaque cours. Au choix.


Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.