Faire la sieste une à deux fois par semaine réduirait les risques de problèmes cardiaques Faire la sieste une à deux fois par semaine réduirait les risques de problèmes cardiaques

Forme&minceur

Faire la sieste une à deux fois par semaine réduirait les risques de problèmes cardiaques par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 15 Septembre 2019

Encore une bonne raison de rester dans son lit. Selon une étude suisse, s’accorder une sieste une à deux fois par semaine serait bon pour le cœur, à condition qu’elle ne s’éternise pas.

Voilà qui devrait faire plaisir aux grand.e.s dormeur.se.s. Selon une récente étude suisse, publiée dans la revue scientifique Hart le 9 septembre 2019, la sieste, en plus d’être réparatrice, nous préserverait de bien des maux. Elle pourrait même nous éviter quelques problèmes cardiaques, à condition de ne pas en abuser. Selon les scientifiques à l’origine de cette enquête, un à deux petits sommes suffirait à nous garder en bonne santé. 

Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheur.se.s suisses ont suivi un panel de 3 462 adultes, âgés de 35 à 75 ans, pendant huit années consécutives. La majorité d’entre eux/elles (58%), tous.tes habitant.e.s de Lausanne, ne faisaient jamais la sieste. Au cours de cette expérience, 155 personnes ont rencontré des problème de cœur. Les experts déclarent avoir "observé un risque significativement plus faible pour les sujets faisant la sieste 1 à 2 fois par semaine lors du développement d'un événement cardiovasculaire, par rapport aux sujets ne faisant pas la sieste". Et l’explication qu’ils avancent est assez simple. Ces repos occasionnels permettent de réduire le stress, facteur important des risques d’accidents cardiovasculaires. Aussi, il a été prouvé à plusieurs reprises qu’un manque ou une mauvaise qualité de sommeil pouvait favoriser les problèmes cardiovasculaires

Cependant, cette étude est à prendre avec des pincettes. Les chercheur.se.s eux/elles-mêmes le reconnaissent : très peu de personnes ont finalement eu des problèmes cardiaques pendant ces huit années, et les adultes de plus de 65 ans n’ont pas ressenti les effets bénéfiques de la sieste

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires