Et si le cycling faisait grossir ?

Forme&minceur

Et si le cycling faisait grossir ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Ces cours de vélo survoltés, pratiqués en salles sur une playlist archi-rythmée, ne cessent de faire de nouvelles adeptes. Faim décuplée et cuisses sur-sollicitées: faut-il se méfier de l’excès de zèle ?

Il paraît que Leïla Bekhti et Léa Seydoux adorent. En tout cas, chez Dynamo, le studio qui a lancé la folie du spinning en France (Dynamo-cycling.com), les cours sont littéralement pris d’assaut, quels que soient l’horaire et le jour. Pour être sûre de réussir à s’inscrire, Audrey, 26 ans, se met tous les lundis une alarme à 11h50, histoire d’être parmi les premières à cliquer à midi pile, quand démarrent les réservations en ligne. "Il faut dire qu’en sortant d’un cours, on a envie d’un faire un deuxième, voire un troisième...", témoigne à son tour Camille, 25 ans.

A l’origine de cette addiction ? "Une combinaison de physique et de mental qui fait totalement lâcher prise", explique la prof Clotilde Chaumet, dont les cours ne désemplissent pas. "La musique est à fond. On est dans le noir, donc on ne se regarde pas les uns les autres. En même temps, on est tous ensemble dans l’effort. A la fin de la séance, on a tout donné, ça fait un bien fou" , décrit Audrey. Sans oublier les aspects pratiques: des cours à toute heure, un format de 45 minutes facile à caser et pas besoin d’apporter ses baskets grâce aux chaussures spéciales fournies sur place.

Revers de la médaille ?

Face à l’ampleur du phénomène, certains soulignent les effets indésirables d’une pratique intensive. A New York, les agences de mannequins dissuadent leurs tops d’en faire, de peur qu’elles ne développent des cuisses de cyclistes pro. Le coach Morgan Charmeaux (@morgan_chx), qui entraîne les recrues de grandes agences à Paris, confirme : "Si on n’est pas sportive et qu’on se met tout d’un coup à en faire beaucoup, c’est certain, on risque de prendre des cuisses et des fesses." Camille, d’ailleurs, ne s’en cache pas : "Quand j’en fais trop, je me sens un peu juste dans mon slim." " Mes fesses sont plus volumineuses et rebondies", appuie Audrey. Sans compter la faim : "C’est un peu comme si on avait fait trois heures de piscine, ça creuse..." Pour Clotilde Chaumet, dans 90 % des cas, aucun danger. "Grâce aux chaussures fixées aux pédales, les jambes tirent plus qu’elles ne poussent : du coup c’est l’arrière des cuisses qui se dessine, pas les quadriceps sur le devant. Comme on se tient un peu au-dessus de la selle, on mobilise aussi les abdos. Et on utilise des poids pour travailler les bras." Morgan Charmeaux précise à son tour: "On ne prend pas forcément en volume, on se tonifie. Mais comme le muscle est plus dense que la graisse, on peut avoir l’impression d’avoir du mal à rentrer dans son jean."

Alors, beaucoup de bruit pour rien ?

En fait, plus que le spinning lui-même, ce serait la tentation d’en faire trop qui poserait problème. "N’importe quel sport, pratiqué à hautes doses, transforme la silhouette, et pas toujours en bien, argumente le coach. Mais si on en fait trois fois par semaine, pas de problème." Et si vraiment on a trop peur de gagner en masse ? "On règle la résistance du vélo sur 1 ou 2 et on n’augmente pas, quitte à ignorer les consignes du prof."

Alice Elia

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.