C’est prouvé : essayer de se détendre quand on angoisse peut avoir l’effet inverse C’est prouvé : essayer de se détendre quand on angoisse peut avoir l’effet inverse

Forme&minceur

C’est prouvé : essayer de se détendre quand on angoisse peut avoir l’effet inverse

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 29 Octobre 2019

Selon une équipe de chercheurs américains, essayer à tout prix de se détendre alors qu’on traverse un épisode anxieux pourrait avoir l’effet complètement inverse. Et on n’est pas étonnés.

De la même manière que la phrase "souffle, détends-toi", n’apporte rien lorsqu’on traverse une crise d’angoisse ou un état d’anxiété généralisé, prendre quelques jours ou quelques heures pour se (forcer à se) détendre pourrait être tout aussi anxiogène. C’est en tout cas ce qu’ont voulu vérifier une équipe de psychologues américains de la Penn State University, en Pennsylvanie, en enquêtant sur un phénomène appelé "anxiété induite par la relaxation". En apaisant l’esprit ponctuellement, on créerait une poussée plus extrême des émotions négatives au moment où l’angoisse réapparaît. 

Le cerveau humain est en fait une machine formidable. En effet, ce dernier essaierait sans cesse de maintenir un état constant d’émotions, pour ne pas se rendre vulnérable. Il privilégierait ainsi un état d’esprit plus cohérent, même si ce dernier est désagréable. Comprenez : même si vous paniquez, votre cerveau tentera toujours de limiter les dégâts sur lui, soit les différentes sautes d’humeur.
Malheureusement, selon les chercheurs, cela n’aurait rien de sain. "Les gens peuvent rester anxieux pour éviter un changement d’humeur, mais il est en fait plus sain de se laisser porter par l’expérience de ces changements, a expliqué Michelle Newman, psychologue chargée de l’étude. Plus vous vous confrontez à ses dérèglements, plus vous réalisez que vous en êtes capable. De fait, il est préférable de s’autoriser à être détendu parfois." En gros, il ne sert à rien de redouter le moment où l’angoisse réapparaitra, puisqu’on l’a déjà surmontée avant. 

Cette étude a été menée sur 96 participants, ce qui est peu pour tirer des conclusions définitives. Cependant, cela permet de mettre en lumière le fait qu’il existe autant de manière de se détendre qu’il existe d’individus. Alors, n’écoutez pas forcément ceux qui vous diront de souffler pour vous détendre et privilégiez la manière qui fonctionne pour vous. Que ce soit la méditation, le sport, la cuisine ou encore la lecture. Le tout, c'est d'évacuer ce qui préoccupe.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires