Cheveux : les décolorants seraient dangereux pour la santé Cheveux : les décolorants seraient dangereux pour la santé

Cheveux

Cheveux : les décolorants seraient dangereux pour la santé par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 15 Juin 2019

S’il vous fallait une raison supplémentaire de ne pas décolorer vos cheveux, la voici. Selon l’Anses, les persulfates, les principes actifs contenus dans les décolorants, sont nocifs pour la santé. Et peuvent même entrainer des maladies respiratoires et cutanées.

Le 12 juin 2019, l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, a publié une note dans laquelle elle alerte sur les persulfates, les principes actifs qui se trouvent dans les décolorants pour cheveux. Asthme, urticaire, eczéma, rhinite et même choc anaphylactique, une crise d’allergie si grave qu’elle peut engager le pronostic vital… plus de mille cas de pathologies plus ou moins graves ont été recensés par les experts entre 2001 et 2015. Les persulfates étant même la deuxième cause d'asthme chez les coiffeur.se.s en France. 

Une mise en garde qui concerne surtout les professionnels de la coiffure. "On voit rarement son coiffeur avec des gants et un masque", explique Matthieu Schuler, le directeur de l'évaluation des risques à l’Anses, à Franceinfo. Il recommande ainsi aux coiffeur.se.s de "réduire au maximum leur exposition". Pour les particuliers, le risque reste moindre, à moins d’utiliser régulièrement des produits décolorants chez soi. Mais on n'est jamais assez prudents : les experts de l’Anses préconisent tout de même de se protéger. À condition bien sûr de connaître les produits potentiellement dangereux ce qui, aujourd’hui encore, n’est pas le cas. "Aujourd'hui, réglementairement, il n'y a pas d'obligation en ce qui concerne les produits de décoloration pour les cheveux", regrette Matthieu Schuler qui, au nom de l’Anses, réclame un étiquetage obligatoire et des restrictions d’utilisation en France, comme en Europe puisque des données similaires ont été révélées au Royaume-Uni, au Danemark, aux Pays-Bas et en Allemagne. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires