Cinéma

"The Disaster Artist" : James Franco roi de la lose !

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

James Franco retrace l’aventure authentique de Tommy Wiseau. Un hurluberlu qui se prend pour un grand cinéaste et met en scène un film abracadabrant. Résultat : une comédie hollywoodienne qui ne respecte rien. Et ça fait du bien !

Les biopics sentencieux vous exaspèrent ? Le destin des "grands" de ce monde vous laisse indifférente ? Alors, ce film est pour vous. Dans The Disaster Artist, James Franco évoque, certes, une histoire vraie et un personnage bien réel, mais l’une et l’autre sont tellement barjots que le film, bonne nouvelle, ne ressemblent à rien de connu dans le paysage cinématographique.


Le héros improbable, c’est l’Américain Tommy Wiseau. Ce grand escogriffe aux cheveux longs et au regard fixe ne jure que par le cinéma, rêve de gloire et gère une fortune personnelle dont on ignore la provenance. Bien décidé à tourner un film où il incarnerait le premier rôle, le mégalo Wiseau débarque à Hollywood accompagné d’un ami fauché, Greg, et ne doute pas un seul instant que son génie va être reconnu. Evidemment, vu son pedigree, on le prend pour un dingue. Et on n’a pas forcément tort. Qu’à cela ne tienne, Wiseau investit son pognon dans l’aventure et met en scène son film, baptisé The Room, un mélo à vocation bouleversante où il incarne le rôle principal. Wiseau, qui se prend à la fois pour Orson Welles et James Dean est persuadé que son génie va exploser à la face du monde. Sa célébrité n’interviendra pas forcément là où il l’attendait…


A Hollywood comme ailleurs, les histoires de losers attirent parfois les golden boys du cinéma. Tim Burton, en 1995, avait déjà signé l’un de ses meilleurs films en tournant Ed Wood, le portrait farfelu et émouvant d’un improbable réalisateur de série Z. Aujourd’hui, c’est au tour du successful James Franco de décrocher la timbale avec The Disaster Artist, une fiction (vraiment) hilarante qui dresse le portrait d’un cinglé touchant, incarné (brillamment) par Franco himself. Des débuts du héros maboul à la sortie de The Room en 2003 - un film devenu culte puisque considéré comme « le pire de tous les temps » - en passant par le tournage homérique de la chose, James Franco nous entraine dans une histoire cocasse qui pointe les ridicules de la « grande famille du cinéma américain ». Résultat : un film drôle, incorrect et mal élevé qui réduit les idées noires en confettis. On l’en remercie.

The Disaster Artist, de James Franco, avec James Franco, Dave Franco, Seth Rogen… Sortie le 7 mars.

Olivier de Bruyn

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus