Pourquoi la gueule de bois s’empire-t-elle avec l’âge ?

Forme&minceur

Pourquoi la gueule de bois empire-t-elle avec l’âge ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Vous avez du mal à vous remettre de votre dernière soirée ? Pas de panique, vous êtes juste en train de vieillir. Une scientifique américaine l'a confirmé : plus on est vieux, plus on a du mal à se remettre des excès de la veille.

Migraines, nausées, bouche pâteuse : on connaît tous les symptômes de la gueule de bois. Tandis que certaines choses se bonifient avec le temps (comme le vin, d’ailleurs), ce n’est malheureusement pas le cas de votre corps : comme confirme le Dr. Lara Ray, dans un article du New York Times, le 2 février 2018.

Pour cette spécialiste en psychologie clinique à l’Université de Californie, les lendemains de cuite sont d’abord meilleurs pour ceux qui ont l’habitude de boire. "Si vous n’êtes pas allé à une soirée depuis 3 semaines, ça aurait plus un rapport avec votre consommation qu’avec votre âge", informe-t-elle. Normal. Mais hors de question de s’organiser un apéro en solo pour mieux assumer ses excès de la veille, puisque ce n’est pas que par habitude que vous tirerez moins la gueule de bois.

Toujours selon Lara Ray, notre capacité à nous remettre de nos beuveries serait également liée à nos graisses. "La même boisson aura un effet plus intoxicant sur une personne avec un indice de masse graisseuse plus élevée", précise-t-elle. Aucun rapport avec l’âge, vous dites ? Détrompez-vous : en vieillissant, notre masse musculaire se transforme en graisse. Qu'on ait l'habitude ou pas, il est donc plus complexe, à cause de notre masse pondérale, de se remettre d'une cuite à 35 ans qu'à 20.

S’il nous reste quelques années avant de dire adieu à notre carrière de pilier de bar, la scientifique conseille de boire plus lentement (avec modération, quand même), et d’alterner avec des boissons non alcoolisées. Avec ça, nos dimanches matins seront peut-être un peu plus supportables. 


Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus