Sexe : pourquoi j’ai la chatte qui gratte ? Sexe : pourquoi j’ai la chatte qui gratte ?

Sexologie

Pourquoi j’ai le sexe qui gratte ? par Carole Cillec

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 14 Juin 2019

Ça gratouille, ça piquote, ça chatouille… Il s’en passe des choses dans notre culotte. Mais toutes les démangeaisons ne se valent pas. Quelles sont-elles et comment les reconnaître ?

Ça nous est déjà toutes arrivé : avoir une folle envie de se gratter le pubis alors que ça nous démangeait, mais être dans l’impossibilité de le faire car nous sommes en public. Puis quand ce n'est pas le pubis, c’est clairement plus bas, et à part croiser ses jambes sous son bureau en attendant que ça passe, on peut rien y faire. Alors comment expliquer ces symptômes ? Qu’est-ce qui peut être à l’origine de ces folles envies de se gratter ? Voilà quelques pistes à analyser, et des astuces pour nous sauver la mise.

#1 Le rasage
Le rasoir est l’ennemi numéro un du maillot : déjà, on risque de se couper et puis les poils paraissent plus foncés et drus à la repousse. Si c’est une solution rapide pour dire au revoir à ses poils, ce n’est pas forcément bon pour la peau. La lame du rasoir peut en effet fragiliser l’épiderme en créant des micro-lésions, voire des brûlures. Ce sont elles qui sont à l’origine de certaines démangeaisons.
Les autres responsables, ce sont les poils incarnés. Ces petits poils qui repoussent sous la peau, et qui créent une bosse qui ressemble à un petit bouton, grattent beaucoup. D’ailleurs, si on a envie de les percer parce que voir sortir le poil nous excite, on évite, pour empêcher toute surinfection.

La solution ? Tout d’abord, de préférence, on n’opte pas pour le rasoir pour cette partie du corps. Si c’est le moyen que l’on préfère, mais aussi si l’on s’épile, on pense à faire un gommage du pubis avant toute chose. Cela évite les mauvaises surprises et les envies subites de se gratter le sexe alors qu’on parle à un collègue.

#2 Une mycose
Ah, la mycose. Charmante amie qui s’installe parfois dans notre culotte. Elle est causée par un dérèglement de la flore vaginale. On la reconnaît déjà parce qu’elle démange. Elle est également à l’origine de pertes vaginales blanchâtres, d’une irritation des lèvres, d’une rougeur locale mais aussi de douleurs pendant les rapports. 

La solution ? Aller chez le médecin et se faire prescrire un traitement efficace à base d’anti-fongiques, local ou oral. Attention : son partenaire doit aussi se faire traiter.

#3 La faute aux protections hygiéniques
Que celles qui n’ont jamais eu les fesses qui grattent pendant leurs règles lèvent la main. La faute à qui ? Aux protections hygiéniques pleines de produits chimiques et/ou de parfums, qui sont insupportables pour certaines. 

La solution ? Opter pour des serviettes réutilisables en coton, des tampons sans parfum, une cup ou une culotte de règles, pour ne plus jamais avoir le frifri irrité pendant une semaine. 

#4 Une mauvaise lingerie
Hé oui mesdames, si la dentelle est sexy et la viscose confortable, les deux ne font pas forcément bon ménage avec nos vulves et nos vagins. Certaines femmes ne supportent pas ces textiles car ils provoquent chez elles des démangeaisons désagréables, voire des mycoses. Alors si vous souffrez régulièrement de rash cutanées et de champignons à cet endroit, pensez à renouveler votre stock de petites culottes

La solution ? Adopter une lingerie 100% coton. Et - ceci est un argument de taille - le coton est de plus en plus sexy. 

#5 Une IST 
Plusieurs infections sexuellement transmissibles sont à l’origine de démangeaisons de la vulve et du vagin. Parmi elles : l’herpès, l’infection à mycoplasme ou la trichomonase. Attention, il arrive aussi que certaines IST se déclarent par des rash qui ne grattent pas. 

La solution ? Aller chez le médecin très rapidement pour effectuer un diagnostic et se faire traiter correctement. 

#6 Une irritation temporaire
La chaleur, un vêtement trop serré, la transpiration… Les raisons des petites démangeaisons du quotidien sont nombreuses et variées. 

La solution ? En cas de grosses chaleurs par exemple, on privilégie donc une culotte en coton et des vêtements larges pour laisser notre intimité respirer. En règle générale, c’est toujours une bonne idée. Et si ça gratte trop, on s’allonge avec un gant de toilette frais sur la vulve et le pubis pour se soulager.

#7 Les morpions
Ces petites bêtes qui ressemblent à des petits crabes habitent dans nos poils pubiens et, comme les poux de tête, démangent. Même si l’on s’attache à eux et qu’on a envie qu’ils restent au chaud pour l’hiver, il vaut mieux s’en débarrasser. 

La solution ? Des lotions existent en pharmacie pour s’en débarrasser au plus vite, voyez avec votre médecin.

#8 Une dyspareunie
Qu’est-ce que c’est ? C’est lorsque l’on souffre pendant un rapport sexuel, notamment lors de la pénétration, qui est souvent impossible. Certaines femmes observent des douleurs qui s’apparentent à des démangeaisons, des picotements ou encore des sensations de brûlures qui durent même au-delà de la relation. 

La solution ? Les dyspareunies sont très handicapantes pour les femmes et il est nécessaire d’aller consulter un spécialiste qui saura effectuer un diagnostic et trouver une réponse adaptée à sa pathologie. 
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires