Sexe : pourquoi est-il normal de pleurer ou d'éclater de rire après un orgasme Sexe : pourquoi est-il normal de pleurer ou d'éclater de rire après un orgasme

Sexologie

Sexe : pourquoi est-il normal de pleurer ou d'éclater de rire après un orgasme par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 15 Novembre 2019

L’orgasme peut donner lieu à des réactions inattendues. Un fou rire ou une crise de larme; on vous donne les clés pour comprendre et bien réagir.

C’est une situation plutôt gênante que raconte Camille qui vient enfin de passer la nuit avec le garçon qu’elle voit depuis déjà deux semaines : "On était rentrés tard, un peu ivres, on s’est endormis tout de suite. Le lendemain matin, au réveil, je lui ai fait une fellation. Mais après avoir éjaculé, il a été pris d’un fou rire incontrôlable, il répétait ‘’je suis désolé, je suis désolé’’ mais il ne pouvait pas s’arrêter. J’ai vraiment cru que j’étais le pire coup de la terre et qu’il se moquait de moi"’.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Après avoir éjaculé, il a été pris d’un fou rire incontrôlable

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Aussi déconcertant que cela puisse être, rire après un orgasme n’est pas une réaction si anecdotique. Après une émotion forte, toutes les tensions nerveuses s’évacuent et le corps entier se relâche, avec plus ou moins d’intensité. Pour certain.es, la libération est telle qu’elle peut donner lieu à des cris, des râles puissants et parfois même à un rire euphorique voire nerveux (une sorte de rire de Joker potentiellement creepy).
Côté hormonal, cela s’explique aussi : au moment de l’orgasme, le corps libère des hormones du bien-être dont des endorphines, aussi liées au mécanisme du rire. Deux salles, deux ambiances, certaines personnes, elles, pleurent après l’amour (parfois même s’il n’y a pas eu orgasme). Les causes peuvent-être multiples et il ne s’agit pas forcément de larmes de détresse. Le lâcher-prise, la proximité des corps et le relâchement causé par l’orgasme peuvent mener à des larmes de joie. C’est le corps qui s’exprime.

Mais de cette extrême intimité peut également naître une tristesse et même une profonde angoisse, un sentiment d’abandon. C’est ce qu’on appelle la dysphorie post-coïtale, caractérisée par un sentiment de solitude en réalité très courant. Selon une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine (2015), 46% des femmes auraient déjà souffert de ce sex blues. Là encore, les hormones sont en partie responsables et notamment l’ocytocine qui, libérée pendant le rapport, favorise l’attachement et la connexion entre les deux partenaires. Lorsque l’on ne se trouve pas dans un climat de confiance avec son.sa partenaire (s’il s’agit par exemple d’un plan cul) ou si le couple va mal, l’ocytocine va plutôt accentuer la sensation de malaise.

Il existe une multitude de raisons qui peuvent provoquer des réactions négatives après un rapport sexuel : une culpabilité liée à une éducation religieuse stricte, un passé d’abus sexuels, un manque de confiance en soi, une sensation d’être un.e enfant qui joue à l’adulte chez certain.es. Le sexe nous rend vulnérable, tout peut ressurgir pendant ou après un rapport, le bon comme le mauvais. La meilleure des solutions, c’est de poser des questions à son.sa partenaire si il.elle se trouve en difficulté et de communiquer sur les raisons qui peuvent expliquer que l’on perde pied. Et non, personne ne pleure ou n’éclate de rire parce que son ou sa partenaire est un mauvais coup.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires