Sexe : faut-il en finir avec le missionnaire ? Sexe : faut-il en finir avec le missionnaire ?

Sexologie

Sexe : faut-il en finir avec la position du missionnaire ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Jeudi 14 Mars 2019

Parfois appelé position de "papa-maman" (beurk), le missionnaire est souvent plébiscité par les couples hétérosexuels. Pourtant, il semble que cette hégémonie bénéficie surtout aux hommes. Voici pourquoi.

#1 Une position sexiste ?
Ce qui est sûr, c’est qu’elle a été imaginée et diffusée par des hommes pour des hommes. Les missionnaires chrétiens l’auraient présentée à leurs ouailles comme la seule "convenable". Dans les faits, c’est une des positions favorites des hommes avec la levrette. Et on comprend pourquoi : il impose son rythme et son angle d’action. En bonus, il peut exhiber ses biceps qu’il travaille "à la salle" tout en s’assurant de ne pas se retrouver couvert de son propre sperme. En un mot, c’est une pratique d’hommes. On a même envie d’ajouter, d’hommes paresseux. De femmes paresseuses aussi cela dit, bref c’est une position de feignasses.

#2 Ça n’est pas efficace
Pour la majorité des femmes, pas d’espoir d’atteindre l’orgasme sans stimulation du clitoris. Si le missionnaire permet aux hommes de gérer leurs sensations, pour les femmes, c’est plus décevant. Glisser sa main pour se masturber en même temps ? Pas franchement pratique. Quant à l’os du bassin de monsieur qui viendrait frotter contre le clitoris, pour le commun des mortels, ça ne marche pas. Les mouvements sont rarement assez réguliers et répétitifs pour mener à l’orgasme.


#3 C’est inconfortable
Il fait chaud là-dedans non ? Oh wait, c’est parce qu’on supporte le poids d’un homme d’âge adulte sur notre ventre déjà bien occupé à digérer le dîner. Ajoutez à cela des bras qui vous écrasent et vous tirent involontairement (on espère) les cheveux à chaque va-et-vient et vous voilà prête à combattre la mort par étouffement tous les samedis soirs. Le double effet kiss-cool de cette position ? L’été. Quand les gouttes de sueurs viennent vous piquer la rétine. Un délice.

#4 C’est (trop ?) intime
Le missionnaire a quand même le mérite d’être une position qui favorise la tendresse et la communication entre les deux partenaires. Sauf que tout le monde n’a pas envie de ça. Dans le cas d’une première nuit (dont on n’attend pas qu’elle débouche sur l’histoire de notre vie) ou d’un plan cul, certaines se passeraient bien de regarder leur partenaire dans les yeux. Quand à se farcir leur tête d’orgasme, c’est encore un non.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires