Selon une étude les orgasmes féminins dépendraient de la distance entre le clitoris et le vagin Selon une étude les orgasmes féminins dépendraient de la distance entre le clitoris et le vagin

Sexologie

Selon une étude les orgasmes féminins dépendraient de la distance entre le clitoris et le vagin

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 6 Octobre 2019

Vous n’avez certainement jamais pensé à mesurer l’écart qu’il y a entre votre clitoris et votre vagin. Pourtant une étude affirme que c’est bien de cette distance dont dépendraient les orgasmes féminin.

Si certaines femmes parviennent facilement à avoir des orgasmes pendant presque chacun de leurs rapports sexuels, d’autres ont plus de mal à atteindre le septième ciel et finissent donc régulièrement frustrées. Mais pourquoi donc ? Et si tout n’était en réalité qu’une question de distance ? Kim Wallen, chercheur américain à l’université d’Emory prétend en effet que les orgasmes seraient liés en grande partie à l’écart qui sépare le clitoris du vagin

L’étude relayée dans le Los Angeles Times suggère de se référer en guise d’outil de mesure à la "règle du pouce". Selon l'auteur du rapport, le secret d’orgasmes plus fréquents lors d’une pénétration vaginale résiderait donc dans le fait d’avoir, une distance entre son clitoris et son vagin inférieure à 2,5 cm. Soit l’équivalent du haut d’un pouce jusqu’à sa première phalange. Si ce chiffre est dépassé, cela pourrait donc être la cause de la difficulté qu’ont certaines personnes à atteindre un état de jouissance ultime. 

Mais comme l’indique le LA Times ce n’est pas la première fois que cette fameuse "C-V distance" est mise en évidence. En 1920, la princesse Marie Bonaparte psychanalyste et amie proche de Freud s’interrogeait déjà sur ses difficultés personnelles à éprouver des orgasmes. Elle avait alors décidé de mener ses petites recherches en s’intéressant à ses patientes qui se plaignaient également de "frigidité".  Et il se trouve que ses résultats sont relativement similaires à ceux de Kim Wallen. A l'époque, Marie Bonaparte était même allée jusqu’à tenter de se faire opérer afin de réduire la fameuse distance, en vain. 

Toutefois, Kim Wallen a tenu à préciser que les femmes qui ont une distance C-V plus importante ne doivent pas se sentir mal pour autant. Le chercheur affirme que la pénétration n’est pas forcément le secret d’une vie sexuelle épanouie et qu’il convient alors aux couples "d’être plus inventifs". Il existe en effet des moyens autres que la pénétration pour stimuler le clitoris : à l’aide ses doigts ou d’un jouet sexuel par exemple. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires