Post-partum : à quoi s’attendre en dessous de la ceinture ? Post-partum : à quoi s’attendre en dessous de la ceinture ?

Sexologie

Post-partum : à quoi s’attendre en dessous de la ceinture après un accouchement ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 13 Janvier 2020

Avoir un enfant, c’est pas de la tarte, et ça met le corps à rude épreuve. Heureusement, il est fait pour ça et les désagréments post-partum sont la plupart du temps passagers et sans gravité.

#1 Des lochies (hein ?)

Le mot est moche, n’est-ce pas ? En réalité, rien de bien dramatique, les lochies sont simplement des saignements qui peuvent durer jusqu’à six semaines après l’accouchement. Dans les dix premiers jours, ils peuvent être abondants, voire prendre la forme de caillots de sang. Même si elles ne durent pas, les lochies peuvent être surprenantes comme l’illustre à merveille l’humoriste américaine Ali Wong dans son spectacle "Hard Knock Wife" : "Vous savez ce qui se passe quand le bébé est sorti ? Vous savez ce qui sort aussi ? Sa maison. Son salon, ses oreillers, le poster de Bob Marley…toute la nourriture qui a mal tourné dans son réfrigérateur…".

#2 Un vagin endolori (mais pas décédé)

Selon "l' American College of Obstetricians and Gynecologists", plus de 53% des naissances provoquent des déchirures autour de l'ouverture vaginale (ce qui veut aussi dire que 47% des femmes n’ont rien à déclarer). En fonction du degré de déchirure, le vagin peut-être douloureux entre quatre et douze semaines. Quant à la largeur de votre vagin, elle peut augmenter légèrement, mais il est possible dans la plupart des cas de lui faire reprendre sa taille initiale, notamment grâce à des exercices. N’oubliez pas que votre corps est préparé à récupérer (s’il est armé pour expulser l’équivalent d’un ballon de handball, a priori, il a de la suite dans les idées).

#3 De l’incontinence légère

Demandez à une femme qui vient d’accoucher ce qui se passe lorsqu’elle éternue ou qu’elle rit un peu trop fort : elle se pisse dessus. Quelques gouttes seulement, mais quelques gouttes de trop. Le responsable ? Le périnée ramollo évidemment. 

#4 De la sécheresse vaginale

Si vous avez pris la décision d’allaiter, cela peut-être une source de dérèglement hormonal. Votre taux d’estrogènes va chuter, entrainant une sensation de sécheresse au niveau du vagin. Rassurez-vous, rien qui vous empêche de reprendre une sexualité normale, tant que vous usez et abusez des caresses et rapports bucco-génitaux avant la pénétration (ou que vous possédez un bon lubrifiant)

#5 RIP votre périnée (mais la France est là pour vous)

Si vous accouchez par voie basse, l’expulsion risque d’endommager le plancher pelvien, ce hamac qui soutient tous les organes génitaux. Certains pays comme les Pays-Bas où les Etats-Unis ne prévoient aucune rééducation du périnée. En chine, les femmes restent alitées pendant un mois sans changer une seule couche le temps de laisser leur périnée se remettre. Mais cocorico ! La France – aussi parce qu’elle veut que vous repreniez vite une vie sexuelle – prévoit des séances de rééducation remboursées par la sécurité sociale. En 5 à 10 séances, tout ça devrait se remuscler sérieusement. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires