Les news sexe du mois de décembre

Sexologie

Les news sexe du mois de décembre

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 25 Décembre 2017

Des pays européens épinglés sur les droits des femmes, le meilleur mème de l’histoire de "Sex and the City", des ados qui disent oui à la sodomie et un coup dur pour l’industrie du sex-shop, voilà les 4 infos qu’il ne fallait pas louper ce mois-ci.

#1 Droits des femmes en Europe : bien, mais pas top

Vous pensiez qu’en Europe, on était à peu près au point sur les droits des femmes ? Pourtant, rien n’est gagné et de nombreux pays ont récemment pris des mesures jugées rétrogrades. C’est le Conseil de l’Europe qui vient de tirer la sonnette d’alarme et d’épingler les responsables réac’. Selon le rapport publié le mardi 5 décembre, "des menaces résurgentes pour la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes ont émergé en Europe". Dans le collimateur de l’institution, des critères de plus en plus drastiques pour avoir accès à l’avortement (en Georgie, Macédoine, Russie, Irlande, Italie, à Monaco…) et l’obligation d’une prescription médicale pour obtenir une contraception d’urgence (en Pologne). Pire encore hors UE : en Turquie, les femmes doivent encore demander l’autorisation de leur mari pour avorter. Le rapport est accompagné d’une série de recommandations aux États membres. Bonne lecture !

#2 Sex and the City : #JeSuisCharlotte

À la grande époque de Sex and The City, vous entendre dire "Toi, t’es totalement Charlotte York" était la pire des humiliations. Pourquoi ? Parce que son serre-tête, son rang de perles et son conformisme Park Avenue. Mais les Internets viennent de sauver Charlotte, grâce à un mème hilarant et associé au hashtag #WokeCharlotte ("Charlotte éveillée"). À coup de faux sous-titres, la voilà féministe, antiraciste, experte en diversité des sexualités et très au point sur la pop culture. Avec ce détournement, les deux créatrices du génial compte Instagram "Every Outfit of SATC" mettent ce show qui a pris quelques rides (mais qu’on aime d’amour) à la sauce 2017.

©Getty

#3 Des ados portés sur le cul (littéralement)

On savait déjà que les jeunes étaient moins addicts à la drogue, l’alcool et la teuf que leurs ainés trentenaires (écrire cette phrase, pleurer). En revanche, les ados d’aujourd’hui n’ont pas froid aux yeux niveau plumard. Une étude menée au Royaume-Uni auprès de 45 000 personnes et publiée dans la revue Journal of Adolescent Health montre que leurs pratiques sexuelles sont bien plus variées aujourd’hui. Par exemple, le temps entre le premier baiser et le premier rapport a beaucoup diminué. Les rapports vaginaux et oraux ont toujours la cote chez les 16-24 ans mais une hausse considérable du sexe anal a été observée chez les…16-18 ans (des babies quoi). On est vraiment des vieilles personnes avec notre levrette des jours de fête ?

#4 RIP les sex shops ?

C’est la fin d’une époque. L’entreprise allemande Beate Uhse, qui avait ouvert en 1962 le premier sex-shop au monde, dépose le bilan. Derrière ce pionnier du godemichet, Beate Uhse, surnommée la "first lady" du sexe. Une ancienne pilote de chasse de l’armée allemande qui, à la capitulation, avait commencé à vendre au porte à porte des manuels sur la sexualité, et notamment sur la méthode de contraception naturelle Ogino. Le succès avait été immédiat et, grâce à ce succès et à l’ambiance très libérée des années 60-70, ses sex-shops avaient poussé comme des champignons. Mais l’entreprise, qui subissait depuis longtemps la concurrence féroce d’Internet, a déclaré le 15 décembre son insolvabilité. Le premier d’une longue série ?

Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus