Et si vous aviez tout faux sur le désir masculin ? Et si vous aviez tout faux sur le désir masculin ?

Sexologie

Et si vous aviez tout faux sur le désir masculin ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 9 Octobre 2019

"Les mecs de toute façon, c’est mécanique". A l’heure où les hommes tentent (doucement) de se détacher des stéréotypes de la virilité traditionnelle, cela n’a jamais été plus faux. Mais certaines idées reçues ont la dent dure. Tour d’horizon.

#1 Les hommes ont toujours envie de sexe
Le désir masculin est régi par la testostérone. Si le taux de testostérone est continu, là ou le désir féminin dépend aussi des œstrogènes dont la quantité secrétée varie en fonction du cycle, d’autres facteurs interviennent. Le stress, la fatigue, le manque de temps et l’état de sa relation de couple peuvent jouer en défaveur du désir féminin comme du désir masculin. Oui, les hommes aussi ont la migraine !

#2 Il n’existe qu’un orgasme masculin
Un mouvement de piston, un petit râle et on envoie la purée ? L’orgasme éjaculatoire est loin d’être le seul à pouvoir donner du plaisir à un homme. Comme les femmes, ils possèdent plusieurs zones érogènes en plus de leur pénis, qui peuvent les mener à l’orgasme. Une simulation du point P peut donner lieu à un orgasme prostatique mais il est aussi possible pour un homme de jouir par simulation du lobe des oreilles, les tétons ou même les pieds.

#3 Orgasme, jouissance, éjaculation, pour eux c’est pareil
Non, comme l’expliquait Adam, du site nouveauxplaisirs.fr dans le podcast Les couilles sur la table (que nous vous recommandons) : "Un orgasme, c’est la représentation physique du plaisir, la jouissance est plutôt mentale, c’est le plaisir que l’on a. Un homme peut se masturber et avoir un orgasme en dix secondes, qui donne peu de jouissance". Il n’est pas inutile non plus de rappeler que orgasme et éjaculation sont également deux choses séparées et qu’il existe des "orgasmes secs", différents des orgasmes éjaculatoires.


#4 Il n’y a pas d’hommes asexuels
Une personne asexuelle ne ressent pas d’attirance sexuelle pour les autres. Une orientation que l’on attribue plus facilement aux femmes (les hommes sont des "sex-machines", c’est bien connu). Pourtant, Certaines sexualités masculines sont demi-grises, asexuelles parfois, le genre n’a pas grand chose à voir là dedans…

#5 Seuls les gays prennent du plaisir avec des stimulations anales
Si cette idée persiste, c’est que les hommes hétérosexuels redoutent d’éprouver ce plaisir parce qu’il sèmerait le doute sur leur virilité et que la pratique reste taboue dans les relations hétérosexuelles. Gays, hétéros, bisexuels ou autre, les hommes restent construits sur le même modèle. Aucune raison donc que la stimulation anale ne procure de plaisir qu’à une partie d’entre eux. Les hommes hétéros qui ont sauté le pas vous le confirmeront (après, il reste les goûts et les couleurs).

#6 Les hommes ne simulent pas l’orgasme
Une étude publiée par TNS Sofres indique que 69% des hommes auraient déjà simulé un orgasme lors de leur première nuit avec un.e nouveau.elle partenaire. La raison ? La pression de la performance bien sûr et l’idée selon laquelle le plaisir masculin est mécanique. Dans tous les cas, c’est toujours une mauvaise solution. Mieux vaut entamer une conversation avec son.sa partenaire sur les raisons qui empêchent d’atteindre l’orgasme.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires