Dating : faut-il lâcher l'affaire quand le sexe est médiocre ? Dating : faut-il lâcher l'affaire quand le sexe est médiocre ?

Sexologie

Dating : faut-il lâcher l'affaire quand le sexe est médiocre ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 30 Mars 2020

Entente parfaite, points communs, attirance physique ; vous avez touché le gros lot. Comme à chaque début de relation, vous vous êtes dit "C’est trop beau pour être vrai". Pas de chance, cette fois, vous aviez raison.

Une fois la nuit tombée, l’euphorie et le bonheur ont laissé place à un océan de malaise : au lit, ça ne marche pas du tout. Comme nous l’avons déjà dit ici, une première nuit aux allures de fiasco ne signe pas forcément la fin du game. Mais que faire quand après deux, trois, dix nuits, vos relations sexuelles sont toujours médiocres voire nulles ? Tout d’abord, gardons en tête que la question n’est pas un objet de stress pour tout le monde, et ne suscite pas le même degré d’anxiété selon que l’on est un homme ou une femme. D'après une étude Superdug de 2016, la peur d’une mauvais expérience sexuelle avec son.sa partenaire (et particulièrement la peur de ne pas être soi-même à la hauteur) est plus présente chez les hommes. La sexualité rentre beaucoup moins dans le spectre des sujets qui angoissent structurellement les femmes (pas étonnant, on est bien trop occupées à s’occuper seules des gosses et à combattre le patriarcat).

Dédramatiser, rire, communiquer

Pour autant, la question nous traverse tous : quand le sexe n’est vraiment pas terrible, est-ce problématique ? Est-ce que du mauvais sexe fait de nous un mauvais couple ? Est-ce que les autres ont tout de suite ressenti une alchimie sexuelle ? Risque-t-on du coup de devenir un couple maudit incapable de procréer (ah non, ça c’est juste l’angoisse de ma mère). "Se rencontrer sexuellement n’est pas aussi évident que ça en a l’air" explique Claire Alquier, sexologue. "La première chose à faire, c’est de mesurer à quel point cela pose problème (ça n’en est pas forcément un pour tout le monde) et où se situe le problème. Est-ce une problématique individuelle de méconnaissance du corps ? D’accès au plaisir ? De tabou autour de la sexualité ? Une fois le problème adressé, il peut être utile de consulter un spécialiste". Si elle espère qu’il sera un jour plus simple et moins tabou de pousser la porte du cabinet d'un sexologue, elle admet qu’il n’est pas forcément évident au bout de trois mois de le proposer à sa récente conquête.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Se rencontrer sexuellement n’est pas aussi évident que ça en a l’air

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Mais de nombreux couples ayant connus des débuts sexuellement chaotiques ont réussi par eux-mêmes à construire une sexualité épanouissante. Comment ont-ils fait ? Ils ont commencé par en rire. Ensuite, ils se sont dit que c’était une bonne nouvelle : puisque c’est déjà nul, on ne peut que progresser. Cela demande un vrai travail de communication : chacun doit pouvoir exprimer clairement ce qu’il aime, ce qui ne lui fait pas d’effet, ce qu’il attend d’une intimité à deux. Une fois ce travail fait, aller vers la réussite suppose aussi d’accepter les ratés qui vont suivre, parce qu’il va y en avoir, encore beaucoup. Plutôt que de multiplier les rapports en se répétant que chaque jour est pire que le précédent, faites descendre la pression. "Il faut déconstruire l’idée hétéronormée d’un coït pénétrant indispensable avec une éjaculation indispensable" précise Claire Alquier. Réservez-vous des soirées sans pénétration, privilégiez le peau à peau, les massages, les bains. Plus vous créez les conditions du désir (ce que l’on a malheureusement oublié de faire), plus vous vous rapprochez émotionnellement de votre partenaire. C’est de cette connexion que naitra votre progression, pas d’un manuel sur comment réaliser un cunnilingus de champion. Si malgré tous vos efforts, il n’y a toujours aucune alchimie à l’horizon, Claire Alquier se montre quand même optimiste : "On peut tout à fait trouver d’autres modèles de fonctionnement, une sexualité ailleurs ou différente entre nous. Il y a des couples qui mettent en place des contrats qui marchent pendant un temps parce qu’ils trouvent leur équilibre comme ça".

Merci à Claire Alquier, sexologue et thérapeute du couple. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires