Sexe : comment parler de cunnilingus quand on est en couple ? Sexe : comment parler de cunnilingus quand on est en couple ?

Sexologie

Cunnilingus : comment en parler quand on est en couple ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 27 Mars 2019

A lui, à elle, à tous ceux qui le veulent : parce qu’apprendre à faire plaisir aux femmes avec un cunnilingus, ça peut toujours servir.

Nombreuses sont celles qui aiment le cunnilingus. Nombreuses sont celles qui ne l’aiment pas. D’autres ne sont jamais tombées sur quelqu’un qui a rendu la chose intéressante. Si vous faites partie de cette catégorie et que vous voulez que les personnes qui s’aventureront entre vos jambes vous prodiguent un cunnilingus de qualité, il va falloir la jouer fine. Ça fait des années qu’on vous lèche le sexe comme un chien qui boit de l’eau du robinet alors, soyons réalistes, miser sur le fait que "cette fois, c’est peut-être la bonne", n’est pas la meilleure façon de maximiser vos chances. Il va vous falloir faire preuve de pédagogie. Oui, on sait, après avoir passé votre weekend à faire du bénévolat pour enseigner les rudiments du féminisme à vos cousins, vous n’avez plus trop la force. Mais comme le disait l’officier Lowe dans Titanic : "Il faut continuer à chercher, il faut continuer !"

Prendre le sujet au sérieux
A priori, quelle que soit votre relation (sérieuse ou plan cul), votre partenaire a envie de bien faire et est tout à fait capable d’apprendre. Dans le cas où cette personne, n’osant pas avouer qu’elle craint l’odeur de l’amuse-bouche, argue que "ce n’est pas son truc", elle ne mérite même pas d’être invitée à notre table. Mais voilà, on ne s’adresse pas tout à fait de la même façon à son amoureux.se qu’à une conquête rencontrée dans les toilettes sèches d’un festival. Dans les deux cas, le sujet mérite qu’on le prenne au sérieux. Combien de fois vous êtes-vous retrouvée jambes écartées à égrener quelques indications sans queue ni tête en espérant qu’il/elle recollerait miraculeusement toutes les pièces du puzzle ? Trop de fois. Votre entrejambe mérite bien qu’on élabore une stratégie efficace avant d’aller y coller sa langue inexpérimentée et prétentieuse. D’abord, il n’est jamais inutile de rappeler à son ou sa partenaire que tout acte sexuel demande consentement. Vous apprécierez donc que s’il/elle envisage de vous faire un cunnilingus, il/elle demande la permission (cessez de considérer n’importe quelle personne partante comme un chevalier à adouber). Si vous êtes en couple depuis longtemps, le sujet peut-être plus délicat car il vous faudra avouer que cela fait des lustres que vous faites mine d’apprécier ses médiocres tentatives. Mais si vous ne voulez pas vous retrouver à quarante ans à simuler en pilote automatique, mieux vaut tard que jamais. Dans le cas d’un.e partenaire récent.e, le mieux est de profiter d’une situation intime et confortable pour commencer votre enseignement. Après une première fois (ratée), s’installer face à face dans un lit est propice à la confidence. Vous pouvez alors demander "Tu veux que je t’explique ce que j’aime ?". A moins d’être sacrément bouché.e, il/elle devrait accepter.

Connais-toi toi-même
En bonne fille de votre époque, vous avez fait une première sélection à l’entrée de votre chambre : uniquement les personnes qui ont déjà acquis la notion de goûts et de couleurs et qui savent que toutes les femmes sont différentes. Problème, on n’a jamais mis notre propre langue sur notre sexe pour s’entraîner. Difficile donc de guider, d’autant plus si personne n’a jamais réussi à vous mener à l’orgasme de cette façon. Meilleure stratégie : prendre le meilleur de ce que vous avez connu – par exemple de grands mouvements circulaires puis localisés sur le clitoris avec introduction simultanée des doigts – et essayer de lui faire répéter le schéma en faisant durer l’expérience. Attention, la personne en face (surtout si elle est de sexe masculin) va avoir du mal à enregistrer trop de directives. Pensez pitch investisseurs – 10 slides/20 minutes/police 30. Sélectionnez les informations, hiérarchisez-les et surtout ne les multipliez pas.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement
Si vous manquez de vocabulaire, répétez votre intervention et utilisez des mots-clés. La métaphore du pinceau est par exemple très efficace : sa langue est un pinceau avec lequel il ou elle vient caresser, effleurer, brosser (aïe) votre sexe. On peut faire des aplats plus ou moins larges en fonction de la pression qu’on exerce sur son pinceau et même du pointillisme. Le tout sur une même toile. A vous d’expliquer ensuite dans quel ordre vous aimez que le chef d’œuvre soit réalisé. De la même façon qu’il faut du temps pour apprendre à faire un cunnilingus, il faut du temps pour l’exécuter, au moins quinze minutes en général. Soyez claire sur ce point. Enfin, si un cunnilingus n’est pas obligé de vous mener à l’orgasme pour être apprécié, s’arrêter avant que vous ne l’ayez demandé reste très mal élevé. Quand c’est bon, on reste où on est sans broncher, on continue jusqu’à nouvel ordre et on se donne du mal. Ici, on peint L’origine du Monde, pas un Numéro d’art Ravensburger.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires