Bisexuel, pansexuel, queer : le petit dico des différentes orientations sexuelles Bisexuel, pansexuel, queer : le petit dico des différentes orientations sexuelles

Sexologie

Bisexuel, pansexuel, queer : le petit dico des différentes orientations sexuelles par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 18 Mai 2018

Dans une interview accordée au magazine "Rolling Stone", Janelle Monàe a fièrement lancé qu’elle était pansexuelle et qu’elle se considérait comme une “free-ass motherfucker“ ! L’occasion de rappeler qu’en 2018, on n’est pas forcément hétéro, bi, ou gay.

Après le coming out de Janelle Monàe, les recherches Google pour le terme “pansexuel“ ont explosé aux Etats-Unis. Le dictionnaire en ligne Merriam-Webster indiquait lui aussi une hausse de 11.000% sur son site. Si la pop culture a vulgarisé les orientations sexuelles méconnues, on peut néanmoins facilement s’y perdre. Pourtant, la diversité concerne tout le monde, même ceux qui se sont identifiés depuis belle lurette. Déjà parce qu’en 2018, ne pas savoir qu’il existe un monde entre les hétéros et les homos, c’est craignos, mais aussi parce que nos attirances ne sont pas inscrites dans le marbre. Dans une étude publiée par le Journal of Personality and Social Psychology, le chercheur Ritch C. Savin-Williams est formel : personne ne peut se définir comme 100% gay, hétéro ou bisexuel. Nos orientations sexuelles tiendraient plus des normes sociales que de la biologie. Quant à la “bisexualité“ - transformée en terme ombrelle pour regrouper les pansexuels, les queer et toutes les identités non monosexuelles – elle ne reflète pas la réalité sexuelle et affective de milliers de femmes et d’hommes. C’est un peu ce que clame ce petit “+“ à la fin de LGBTQIA+ : on laisse la porte ouverte aux nouvelles étiquettes. En attendant qu’il existe autant de labels que de sexualités, voilà un petit lexique pour avoir l’air moins con à la prochaine marche des fiertés.

Hétérosexualité : Attirance sexuelle (et pas forcément émotionnelle) envers le sexe opposé.

Homosexualité : Attirance sexuelle ou affective envers une personne de même sexe (gay, lesbienne).

Queer : De “bizarre“ en anglais. C’est un terme inclusif qui regroupe toutes les identités non-conventionnelles (LGBTQIA+)

Bisexualité : Attirance sexuelle envers des personnes du même sexe et du sexe opposé.

Pansexualité : Attirance sexuelle et/ou sentimentale pour n’importe quel individu (homme, femme, cis, trans etc.). A la différence de la bisexualité, qui ne concerne que deux genres, les pans (du grec “tous“) aiment sans se soucier du sexe ou du genre et incluent donc les genres “non-binaires“ et les trans.

Asexualité : Une personne asexuelle ne ressent pas d’attirance sexuelle pour les autres.

Demisexualité : Désigne une personne qui n’a pas d’attirance sexuelle envers une autre personne à moins d’avoir noué des liens affectifs profonds avec elle.

Autosexualité : Attirance sexuelle et émotionnelle envers soi-même.

Graysexualité : C’est une zone grise entre l’asexualité et la sexualité. Quelle que soit leur identité sexuelle, les graysexuels (ou Gray-A) ne ressentent que rarement du désir pour autrui.

Ou encore : Androgynosexualité, gynesexualité, sapiosexualité, skoliosexualité...

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus