Porno : on a testé Adult Time, le Netflix du porno Porno : on a testé Adult Time, le Netflix du porno

Sexologie

Adult Time : on a testé le "Netflix du porno" par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 2 Avril 2019

Annoncé comme le futur de la pornographie, Adult Time entend bien concurrencer les géants comme Pornhub, Youporn ou Redtube. Abonnement en poche, on est allées faire un tour sur cette plateforme lancée par Bree Mills, militante lesbienne et féministe.

Lancée en début d’année, la plateforme payante de streaming vidéo Adult Time s’annonce comme une petite révolution chez les amateurs de porno. Derrière le projet, il y a la productrice et militante lesbienne Bree Mills, déjà boss de Gamma Films et de Girlsway – un regroupement de chaînes de porno lesbien. Connue pour avoir réussi à dépoussiérer le porno entre femmes et à l’avoir sorti de ses vieux standards d’homme hétérosexuel #malegaze, elle ambitionne avec Adult Time de faciliter la vie des adeptes du porno sur Internet avec une interface proche de leurs habitudes de consommation quotidienne (Netflix, donc). Et parie sur le fait qu’ils/elles seront prêt.es à payer pour du contenu de qualité. Après tout, pourquoi pas.

Un Netflix du X, c’est comment ?
Comme Netflix, en version bêta. Si la plateforme n’a rien de bien novateur tant dans la navigation que dans le webdesign, elle a le mérite d’être ultra-simple, claire et intuitive. Et pour qui n’est pas un expert de la recherche de contenu sur des sites pornographiques, c’est plutôt appréciable (cf cette fois où on a demandé un gentil threesome et où on nous a servi un gang-bang ultra hardcore.) On y retrouve des entrées relativement classiques "Vidéos", "Pornstars", "Channels", "Pictures", "DVDs", "Favorites", "Live Cams" et un onglet "Community". La bibliothèque contient pour l’instant environ 50 000 films à gros budgets – ça change un peu du film amateur tourné à la GoPro dans une chambre couverte de posters adolescents. Pour y avoir accès, il faut débourser au minimum 9,95 euros pour un abonnement d’un an comprenant une offre streaming + téléchargement (si vous voulez juste tester, il est possible de s’abonner pour trois jours à une offre streaming only pour 2,95 euros ou 19,95 euros pour un mois complet).


Plus d’inclusivité
Sur la page d’accueil de l’interface, une barre latérale "Sexual Preferences". Parmi les options proposées : Lesbian, bisex, trans ou gay. Un détail qui dit quelque chose des intentions de la créatrice. Là où la plupart des sites ne proposent que l’option "Gay only" dans la barre de recherche, Adult Time affiche la couleur : le monde ne se compose pas des hétéros d’un côté et des gays de l’autre (d’autant qu’on n’a pas toujours envie de regarder un film porno dont les pratiques sont fidèles à sa propre orientation sexuelle). Et c’est peut-être là son intérêt principal: Bree Mills l’a voulu inclusif avec une vraie représentation de toutes les identités de genre et orientations sexuelles. A noter aussi, parmi les 155 chaînes que comptent la plateforme, la présence de "Shape of Beauty", qui fait la part belle aux corps dans leur diversité. Les femmes y sont grosses mais filmées comme n’importe quelle actrice, pas de fétichisation au programme. De quoi confirmer que si Adult Time ne révolutionne pas complètement le porno, la plateforme a le mérite de n’invisibiliser personne au pays du gang-bang et des sexes épilés.

Adulttime.com

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires