Masturbation Masturbation

Sexologie

Accouchement : se masturber pour moins douiller ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 25 Mars 2020

"Grey’s Anatomy", votre sœur, Doctissimo…Vous savez peut-être que la masturbation peut aider à soulager la douleur provoquée par les contractions pendant le travail. Mais de la théorie à la pratique, de quoi se parle-t-on exactement ?

"C’est évoqué" nous répond une sage-femme. "J’en ai entendu parler mais on ne me l’a jamais proposé" nous raconte une jeune maman. "Ah ouai ? Sérieux ? C’est gênant quand même" lance une autre. Alors que la parole sur la réalité de l’accouchement se libère et que des récits émergent, de plus en plus de femmes et de soignant.es affirment que la masturbation peut aider à soulager les femmes pendant leur accouchement (pendant les contractions évidement, pas l’expulsion). La logique est simple : la masturbation fait du bien et donc libère des endorphines, hormones qui soulagent la douleur. Il n’est pas nécessaire d’arriver jusqu’à l’orgasme (c’est d’ailleurs rare), l’objectif est de ressentir du plaisir.
"C’est un sujet qui vient parfois sur la table pendant la préparation à la naissance" explique Etienne Forin, sage-femme libéral. "On en parle plus qu’avant, c’est important de l’aborder". Mais la pratique reste encore taboue, regrette-t-il : "Je ne suis pas sûr que cela vienne spontanément à l’idée de la majorité des femmes. On évite de parler de l’accouchement comme de quelque chose de potentiellement sexuel, cela reste très bourgeois, un moment un peu sacré de l’accueil de l’enfant ".

Calme et environnement rassurant pour une masturbation réussie

"Ce qu’il faut avoir en tête, poursuit le spécialiste, c’est qu’un accouchement dit 'naturel', c’est-à-dire un travail spontané, sans aide médicale, nécessite les mêmes hormones qu’un rapport sexuel : l’ocytocine et les endorphines. Avec des impératifs qui sont les mêmes. L’ambiance que l’on veut créer pour un accouchement est la même qu’une ambiance favorable à un rapport sexuel : intimité, détente, bien-être, sentiment de protection".

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

"Il m'arrive de surprendre des couples dans la douche en début de travail"

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Dans la pratique, comment ça se passe ? Si la méthode semble fonctionner, encore faut-il que les conditions soient réunies pour que les femmes puissent s’autoriser ce massage pendant le début du travail, quand elles sont encore en possession de leurs moyens. Etienne Forin insiste sur la nécessité de créer une bulle rassurante : "Le problème de l’ocytocine, qui fait monter le plaisir, c’est que c’est une hormone sensible au stress. Des pensées parasites (l’atmosphère de l’hôpital, remarques d’un.e chauffeur.se de taxi, sage-femme pas sympa, inquiétude quant à la garde des premiers enfants, chat à nourrir) peuvent l’empêchera de fonctionner".
Le mieux reste donc de se masturber chez soi, avant le départ. Une fois à la maternité, on peut profiter du temps à tuer pour s’isoler dans la salle de bain et se servir du pommeau de douche, ou faire ça en couple, quand le personnel médical n’est pas présent. "Il m'arrive de surprendre des couples dans la douche en début de travail" s’amuse Etienne Forin.
Peu d’études existent sur le sujet, il ne faut donc pas considérer la masturbation comme une solution miracle, plutôt une option à ajouter aux méthodes qui ont fait leurs preuves : points de pression, massages, techniques de respiration, bains.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires